Spectacles

Dauphins et Baleines : la critique

12 juin 2009 | PAR Juliette

dauphins-et-baleines-affiche1

(Article précédemment nommé : Le S.O.S. du grand bleu)

Jean-Michel Cousteau et les frères Mantello présentent Dauphins et Baleines, une ode à la mer de 42 minutes, projetée à la Géode à partir du 10 juin.

Nager au plus près des mammifères marins, vivre au rythme d’une baleine à bosses et de son baleineau, jouer au milieu des dauphins… voilà les sensations ressenties par les spectateurs ébahis devant un tel hymne à la nature.

La performance des plongeurs est à saluer : prises de vue à seulement quelques centimètres des «acteurs», contacts visuels inquiétants,… le tout à l’aide de petites caméras espacées telles deux pupilles d’homme pour la 3D. On se prend à frissonner pour les cameramen quand la queue d’une baleine à bosses semble nous frôler.

Dans son discours inaugural, le fils du commandant Cousteau dit ne pas vouloir «moraliser» mais «sensibiliser». dauphins-et-baleines-22Néanmoins, à la sortie, on ne peut se sentir qu’étrangement coupable devant la triste réalité exposée par la douce voix british de Charlotte Rempling. Pourquoi étrangement ? Simplement parce qu’on imagine mal notre voisin participant à un massacre de bélugas. Alors, après avoir rêvé de caresser un rorqual commun, vient le temps des questions laissées sans réponse : Comment à notre petite échelle peut-on lutter contre l’extinction de ces créatures aquatiques grandioses, attachantes et mystérieuses ? Voilà la seule réserve qu’on pourrait apporter à Dauphins et Baleines : un manque de réponse, un sentiment d’impuissance face à ce désastre écologique. Une bouteille à la mer déchirante et simplement magnifique.

Dans la Boîte à sorties, 10 places à gagner dans la rubrique concours : cliquez ici

La Géode : 26 avenue Corentin Cariou 75019 Paris, Film en 3D de Jean-Jacques Mantello.
A partir du 10 juin 2009. Durée: 42 minutes. Métro: Porte de La Villette. Tarifs: 10,50 euros; tarif réduit: 9 euros

Juliette Chain

Qu’est ce que le dîner blanc ?
Jean Dujardin, lonesome cow-boy
Juliette

3 thoughts on “Dauphins et Baleines : la critique”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *