Arts
Le Kraken, arts et légendes des SUBS

Le Kraken, arts et légendes des SUBS

16 juin 2022 | PAR Laetitia Larralde

Depuis mai dernier, un Kraken a déployé ses tentacules dans les Subsistances de Lyon. Dans son ventre, les artistes et le public se rencontrent.

En mai dernier, un Kraken géant est sorti de la Saône et s’est installé dans la cour des SUBS. Ses tentacules faites de 16 000 lattes de bois et de toile de jute sont venues enserrer et relier les différents bâtiments, s’ancrant ainsi à Lyon jusqu’à la Fête des Lumières début décembre. Le site des Subsistances est ainsi prêt à accueillir une programmation riche de spectacles, performances, concerts et autres évènements festifs, entre mai et octobre 2022.

C’est en longeant les quais de Saône que l’on arrive aux Subsistances, dans le 1er arrondissement de Lyon. L’ancien couvent du XVIIIème siècle reconverti à la Révolution en base de fabrication des rations de l’armée abrite aujourd’hui l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Lyon et l’association les Nouvelles Subsistances, à l’origine des SUBS. Pour la deuxième année, une équipe artistique s’approprie le lieu et transforme sa cour en scène et terrasse monumentales. Cette année, c’est le collectif syrien UV lab composé de Khaled Alwarea, Mike Shnsho et Layla Abdulkarim qui s’est emparé du projet. Après six semaines de construction avec des équipes composées d’étudiants des Beaux-Arts, d’associations de réinsertion et de professionnels, la créature de 25m de long et 15m de haut a vu le jour.

Toujours dans un esprit participatif, la fête d’inauguration a été confiée aux élèves des Beaux-Arts. Depuis, ce sont les artistes en résidence aux Subsistances qui activent le Kraken. La grande majorité des performances est en accès libre et a lieu dans l’un des nombreux espaces des subsistances. Le lieu accueille une soixantaine d’équipes artistiques par an dans les domaines du spectacle vivant, de la performance, du cirque ou encore de la musique, quand ce n’est pas à la frontière de plusieurs de ces disciplines. Les artistes, logés sur place, sont accompagnés dans la réalisation de leurs projets avec une mise à disposition d’espaces, de moyens de production, jusqu’à la représentation en conditions réelles.

Vendredi dernier, nous avons pu assister à la performance de Nawelle Aïnèche, Entre. L’artiste, ancienne costumière, a créé une sculpture- costume composée de 14kg d’aiguilles à coudre, entre la fleur et l’animal. Une danseuse a activé ce costume qui ne laissait visible que ses jambes, la transformant en créature hybride hérissée d’épines aux reflets veloutés. Le cœur de la performance tient dans le rapport entre la créature et le public, au milieu duquel elle déambule lentement. Au début craintif et timide, le public incité à toucher la performeuse tend une main hésitante vers les aiguilles. Puis, petit à petit, l’espace se réduit, dans une tension entre attraction et répulsion. On remarque que les plus hardis sont les enfants, qui une fois la créature apprivoisée semblent oublier sa dimension vivante pour ne plus la considérer que comme un jouet, ou un défi.

Après la performance, il est temps de profiter de la terrasse, sous les arbres ou sous le Kraken, qui s’illumine dès la nuit tombée. Un bar et un foodtruck ouvrent de 17h à 22h30, et les grandes tablées s’animent joyeusement sous les étoiles. Après la Fête des Lumières, le Kraken, déjà composé d’éléments de récupération, sera démonté et réemployé pour d’autres projets. Le monstre retournera dans les abysses après avoir abrité une centaine de rendez-vous artistiques.

Avec son ambiance généreuse, décontractée et un peu magique, le Kraken propose une nouvelle façon de rencontrer l’art et les artistes, dans un cadre chargé d’Histoire et de légendes.

Les SUBS
De mai à octobre 2022
Lyon

Visuels : 1, 2 – Le Kraken, Photo © Mike Shnsho / 3- Nawelle Aïnèche, photo ©Blandine Soulage / 4- le Kraken, photo ©LaureDegroote-CollectifDesFlousFurieux

« Lettres à Horace Finaly » : le recueil de missives inédit de Marcel Proust
Alain Michard et Anna Massoni parmi les perles d’Uzès Danse 2022
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture