Jeune Public
Rose au bois dormant, il était une fois un chouette spectacle au Off d’Avignon

Rose au bois dormant, il était une fois un chouette spectacle au Off d’Avignon

14 juillet 2017 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Il était une fois… ça commence toujours comme ça. Pourquoi ? Vraiment ? Tout le temps ? La fée Mimosa, bien espiègle, nous raconte et interroge l’histoire de Rose, une princesse qui a tout l’air d’être la version moderne de la Belle au Bois Dormant. A partir de 4 ans.

Rose au bois dormant est un spectacle de la compagnie La Belle Affaire. Le Meilleur spectacle jeune public P’tits Molières 2016 reprend la trame du célèbre conte de Grimm. Il faut savoir que La Belle au bois dormant n’est pas le titre initial de ce récit. Il s’appelle Rose d’épine.

Nous voilà donc dans un château, où un roi et une reine attendent un enfant. A son arrivée, Rose (Juliette Ordonneau) est bénie par les fées mais toutes ne sont pas gentilles. Nepenthes lui souhaite de se piquer le doigt avec une quenouille et de mourir. La Fée Mimosa (Cindy Rodrigues) répare le sort en remplaçant la mort par le sommeil, un sommeil éternel dont le baiser d’un prince vaut libération.

Sur scène deux paravents servent à tout : accrocher les portraits des parents de Rose, puis devenir la chambre toute rose de Rose. Le conte est amené ici de façon classique sans être archaïque. Le fait que la fée Mimosa incarne la posture du récitant laisse une belle place à l’imaginaire. Les comédiens s’amusent sans prendre les enfants pour des imbéciles. Les personnages sont eux bien dessinés. Rose est une jeune fille de bonne famille qui a du caractère, le prince (Nicolas Fantoli) est lui un froussard qui a peur de son ombre, la fée est espiègle et la sorcière bien méchante.

Quelques ressorts éternels du théâtre comme un jeu d’ombres chinoises permettent de comprendre comment la magie opère sur scène.

Un spectacle efficace, qui ne cherche pas à singer l’univers Disney.

Visuel : ©Margot Simmoney

Du 7 au 30 juillet à La Luna, relâche les mardi

 

Trop de drames et de larmes à Saïgon [Festival d’Avignon 2017]
Le fils, Une catho intégriste cherche la compassion au Off d’Avignon
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *