Opéra
Intrigant « Au cœur de l’Océan » au Théâtre de l’Athénée

Intrigant « Au cœur de l’Océan » au Théâtre de l’Athénée

20 octobre 2021 | PAR Victoria Okada

Pour son ouverture, le Théâtre de l’Athénée a présenté deux spectacles avec Le Balcon. Le deuxième, Au Cœur de l’Océan, est décrit comme un opéra, mais il intrigue par sa forme et par la musique. 

Au cœur de l’Océan est certainement le spectacle le plus singulier de cette rentrée, et cela n’étonne pas de la part du Théâtre de l’Athénée. L’un des derniers spectacles programmés par Patrice Martinet, son ancien directeur, ce premier « opéra » de Frédéric Blongy, coécrit avec Arthur Lavandier sur le texte et la mise en scène de Halory Goerger, aurait lui aussi dû être présentée l’année dernière dans la dernière, mais c’est cette année que l’œuvre a été programmé à cause de la pandémie .

La singularité de cette œuvre tient au fait que les « chanteurs » ne sont pas tout à fait des chanteurs à proprement parler, mais des performeurs possédant chacun des techniques vocales étonnantes et inclassables. D’une émission purement lyrique à ce qui ressemble à des cris d’horreur, en passant par les imitations (très réelles) d’animaux et des sons diphoniques, ils nous montrent mille manières d’utiliser la voix, dans des improvisations en solo mais aussi en duo ou en trio.

L’argument écologique (L’océan réagissant en produisant des phénomènes étranges contre l’exploitation du fond marin d’un oligarque) est un mélange de science-fiction (image informatique du fonds marin évoluant en temps réel) et de fantastique (monstre de la mer), mais c’est plutôt un prétexte pour ces improvisations vocales spectaculaires.

Dans la fosse, Maxime Pascal tient la baguette devant son ensemble Le Balcon pour une musique tout aussi singulière et sonorisée, avec beaucoup d’improvisations également. Celles-ci se font en fonction des performances de chanteurs sur le plateau, ce qui fait de cette œuvre un véritable objet vivant. Dommage que le public manquait sur les trois soirées. Un peu plus de communication ciblée aurait attiré plus de monde, car nous apprenons à l’occasion que ces « performeurs » sont des stars dans le domaine et acclamés partout où ils passent dans le monde…

Représentation du 16 octobre au Théâtre de l’Athénée-Louis Jouvet

Photo © JB Cagny

Interview – Matthew Polenzani, de Nemorino à Don Carlos et… à Lohengrin.
Pinault met la lumière sur les étoiles montantes de la scène alternative
Victoria Okada

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture