Humour

Voir « ElianeS » et mourir… de rire [Festival des clowns, burlesques et excentriques]

Voir « ElianeS » et mourir… de rire [Festival des clowns, burlesques et excentriques]

29 septembre 2017 | PAR Mathieu Dochtermann

Comme à chaque rentrée, le Samovar, lieu de formation et de diffusion du clown établi à Bagnolet, propose au public une programmation pointue avec son Festival des clowns, burlesques et excentriques. Jeudi 28 était donné, pour une unique soirée, ElianeS de Jackie Star & cie, un spectacle azimuté pour quatre femmes clownes enchaînant à un rythme effréné les personnages les plus improbables… sans aucune limite. C’est hilarant, inspiré, et le vent libertaire qui souffle sur la scène se transforme rapidement en tornade qui emporte tout sur son passage.

[rating=5]

Charlotte Saliou, alias Jackie Star, est l’une des clowns françaises les plus douées. Elle-même formée au Samovar, elle y revient en marraine de la 16ème édition du Festival des clowns, burlesques et excentriques. Elle a invité à cette occasion 3 de ses anciennes camarades pour remonter un spectacle absolument jouissif, ElianeS, ode aux petites fêlures qui font les grands pétages de plombs.

Avec quelques motifs récurrents et de géniales trouvailles visuelles, sans retenue et presque sans limites, les quatre compères vont dynamiter toutes les situations qu’elles vont poser sur scène, des plus loufoques (une femme en zentai imprimé guépard débarque sur scène et se comporte comme un chien) aux plus ordinaires (un cours de chant lyrique). Rien n’est épargné, ni les yeux ni les oreilles des spectateurs, aucune institution ni aucune convenance. Pour autant, il y a toujours une fragilité et une sincérité chez les personnages, qui confinent parfois à la poésie, et qui, toujours, tiennent le spectacle éloigné de l’écueil de la vulgarité.

Techniquement, la maîtrise des quatre clownes est impeccable: le rythme est parfait, la connexion au public (acquis aux artistes, il est vrai, avant même le coup d’envoi) est constante et solide, et le clown physique, notamment le masque, est totalement convaincant. Entre les interprètes, une complicité perceptible. Ajoutez à cela une généreuse louche d’énergie et un engagement sans faille, cela donne un spectacle aussi échevelé qu’enlevé, qui joue sur tous les registres du rire et qui emporte tout sur son passage.

Il ne faut surtout pas bouder son plaisir: le Festival continue jusqu’au 8 octobre, avec de très beaux spectacles, de très grande qualité. Pour tous ceux qui savent qu’il n’y a pas que le stand-up et l’humour gras dans la vie, et qu’on peut faire rire avec intelligence et poésie!

Artistes : Charlotte Saliou, Diane Bonnot, Lula Hugot, Laurence Cools
Auteurs : Charlotte Saliou, Diane Bonnot, Lula Hugot, Laurence Cools, Claire Vergos
Mise en scène : Fred Blin, Doriane Moretus et Philippe Lelièvre
Visuels: (c) DR

« Argument contre l’existence… » : debout, les millennials de la Terre
En conférence à Paris le 2 octobre, Rodger Kamenetz nous parle de bouddhisme, de judaïsme, de méditation et de Poésie [Interview]
Mathieu Dochtermann
Passionné de spectacle vivant, sous toutes ses formes, des théâtres de marionnettes en particulier, du cirque et des arts de la rue également, et du théâtre de comédiens encore, malgré tout. Pratique le clown, un peu, le conte, encore plus, le théâtre, toujours, le rire, souvent. Critère central d'un bon spectacle: celui qui émeut, qui touche la chose sensible au fond de la poitrine. Le reste, c'est du bavardage. Facebook: https://www.facebook.com/matdochtermann

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *