Humour
Patrick Timsit contre-vérifie que l’« On ne peut pas rire de tout » au Théâtre de la Gaîté

Patrick Timsit contre-vérifie que l’« On ne peut pas rire de tout » au Théâtre de la Gaîté

22 septembre 2015 | PAR Jean-Christophe Mary

Clown décapant, humoriste cynique et funambule, Patrick Timsit est de retour sur la scène du Théâtre de la Gaîté.

[rating=4]

Après avoir fait hurler de rire le public du Théâtre du Rond Point en février dernier avec ce spectacle stand up aux vannes acides bien ficelées, l’humoriste s’installe pour quatre mois au Théâtre de la Gaîté Montparnasse .

Dans ce nouveau texte écrit à six mains avec Bruno Gaccio et Jean-François Halin à travers lequel il affiche « une totale mauvaise foi », , Timsit se moque de tout et de tout le monde, à commencer par lui-même. Entre le cynisme et l’autodérision, non seulement il déclenche le rire sur les pires atrocités mais prend surtout un malin plaisir à observer la réaction du public. Car assister à une performance de Timist, c’est assister à une visite d’un petit musée des horreurs où le rire se transmet d’un simple regard, d’un simple geste de la main, un simple mouvement du corps. On se laisse porter par le rythme, la pulse de ces vannes qui s’enchaînent à la vitesse de la lumière. A travers une mise en scène sobre et efficace, vous prenez crampes de rire sur crampes de rire en ayant du mal à reprendre votre souffle. Les nazis, les juifs, les Roms, les africains, les marseillais mais aussi les handicapés, les nains, les femmes, les enfants, les personnages qu’il incarne sont aussi loufoques qu’absurdes. Rien ne l’arrête quand il passe les malheurs de la vie à la moulinette et pointe les pires abominations avec un naturel et talent déconcertants. Virtuose de la tchatche, il dresse en parallèle les comportements des marseillais et des nazis, aborde d’un ton décalé et provocant des thèmes comme les rapports conjugaux, ou tente d’établir à travers son ami « Arthur « exilé fiscal en Belgique une différences entre les  » Roms « , les Roumains « et les …Romains. Quand c’est joué avec une telle précision et un tel sens de l’autodérision, on ne peut qu’en rire aux éclats. Bref un show bluffant plein de surprises et de rebondissements. On en redemande.

Jusqu’au 3 janvier 2016. Mise en scène Ahmed Hamidi.

Infos pratiques

Opéra National de Lorraine
Bibliothèque Robert Desnos
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *