Humour
Alexandra Pizzagali. « C’est dans la tête », Chronique d’une folie pas si ordinaire

Alexandra Pizzagali. « C’est dans la tête », Chronique d’une folie pas si ordinaire

12 avril 2022 | PAR Pascal Gauzes

Avec un texte acerbe et d’une intelligence parfaitement assumée, Alexandra Pizzagali, sur la scène intimiste de la Piccola Scala, signe un stand up au fil conducteur parfois interrompu qui ne plait pas à tous mais dont l’audace ne peut que ravir les esprits audacieux et exigeants.

Les fans de la première heure l’avaient découverte au Théâtre du Marais et entendue sur Rire&Chansons et connaissent par cœur la détestation de l’humoriste pour les femmes parturientes. Quant aux autres, ils découvriront sur la seconde scène de La Scala, un mélange osé d’humour noir et de malaise dans une recette dont le résultat est aussi savoureux que le ton n’est juste. La parisienne de 34 ans aborde le stand up avec un point de vue rare et inattendu : celui de la folie, ou même peut-être plus insidieusement, du point de bascule entre folie, méchanceté, haine… (un point de vue particulièrement intéressant dans une époque où cette bascule ne semble plus être tabou comme elle l’était il y quelques décennies).

Au-delà de la simple parenthèse humoristique

Preuve à ne pas en douter que la libération de la parole se fait tous azimuts, pour le pire comme pour le meilleur. Fort heureusement, Alexandra Pizzagali le fait pour le meilleur en campant plusieurs personnages, ou un seul un peu trop habité, allant de la mère intellectuellement maltraitante, à la femme trompée, en passant par la victime de viol d’une touchante candeur… La fin plus complexe, permet certes de donner une unité au spectacle, mais également d’aller au-delà de la simple parenthèse humoristique en nous questionnant sur notre propre relation à la « folie », à la maladie psychique ainsi que notre capacité à minimiser la nécessité de parler autrement que pour ne rien dire. Une double lecture à côté de laquelle on peut facilement passer, sans pour autant perdre la saveur de ce seul en scène jouissif.

Un visage très expressif

En effet, grâce à des ressorts variés, allant de la grivoiserie trash, aux jeux de mots fin ou à la référence pointue et avec une présence scénique extraordinaire – particulièrement grâce à une maitrise parfaite de chaque muscle de son visage et de son strident rire sardonique -, Alexandra Pizzagali offre un spectacle dynamique et, malgré le malaise que font naître ces différents personnages, qui génère très facilement le rire.

C’est dans la tête – Chapitre I de et avec Alexandra Pizzagali, Les mardis et mercredis à 19h30 jusqu’à fin avril, Piccola Scala, 13, boulevard de Strasbourg – 75010 Paris, [email protected]

Les images du monde d’Albert Kahn
Apollo 10 1/2 : L’histoire d’un jeune rêveur des années 60
Pascal Gauzes
La PIJAMA Galerie est une galerie de poche destinée aux jeunes artistes. Une programmation aussi éclectique de nouveaux talents de la photo, peinture, sculpture...

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture