Spectacles
Hate Radio : Dans la radio de la haine avec Milo Rau

Hate Radio : Dans la radio de la haine avec Milo Rau

05 mars 2015 | PAR Christophe Candoni

Le jeune artiste d’origine suisse Milo Rau fait entendre sans détours des mots qui ont tué : ceux de la RTLM, une radio libre très populaire au Rwanda où des animateurs, partie prenante du génocide des Tutsi en 1994, diffusaient en toute impunité des appels à la haine raciale et au meurtre. Hate Radio est une plongée édifiante dans le studio d’enregistrement de la radio de la haine.

Sous l’éclairage blafard des néons, on boit de la bière, on fume des cigarettes, on rit aux éclats et on danse sur les rythmes entraînants de tubes africains ou de pop internationale passés à l’antenne. Une bonne humeur et une décontraction emplissent le studio d’enregistrement de la radio-télévision des Mille Collines reconstitué sur scène. Les spectateurs ayant pris place de part et d’autre de cette boîte de verre observent médusés ce qui se passe à huis clos de l’autre côté des vitres transparentes. Munis d’un casque dans lequel est diffusée en direct l’émission, ils prennent de plein fouet la banalité du mal montrée en pleine lumière. Car cette camaraderie insolente, cette incroyable légèreté masque à peine la virulence du discours haineux proféré sur les ondes : invitation à la délation, à la discrimination, à la destruction, apologie d’un racisme ordinaire à peine larvé dans des injonctions à la fois vindicatives et désinvoltes… Ce discours a évidemment joué un rôle significatif dans les massacres en masse au Rwanda (1 million d’hommes assassinés).

La parole entendue au cours de la pièce a été authentiquement prononcée à la radio et très largement écoutée. Milo Rau a consulté plus de 1 000 heures d’enregistrements et 50 interviews. Ce travail de recherche « sur le terrain » est la base de son théâtre singulier et proche du documentaire, un théâtre radicalement mis à l’épreuve de l’histoire et du présent, qui s’empare d’événements marquants de notre temps, liés à un contexte de guerre et de dictature. Les dernières heures des Ceausescu, Anders Breivik et la tuerie d’Utoya en Norvège, la condamnation des Pussy Riot à Moscou ont été entre autres les sujets de ses dernières créations.

Milo Rau a étudié la sociologie, à Paris (où il fut l’élève de Pierre Bourdieu) et en Allemagne. Il l’enseigne aujourd’hui à côté d’activités de journaliste. Il ne compte pas pour autant délivrer un propos théorique. Au contraire, au théâtre, il présente la situation telle quelle, au moyen d’une forme hyperréaliste et d’un jeu d’acteurs criant de vérité. Il n’impose rien d’autre. Pas de commentaires, pas d’émotion. En se faisant le dénonciateur de la désinformation et de l’endoctrinement, il se garde bien de faire autre chose que de donner à voir et à entendre. Toute la force de sa proposition est là, dans son renoncement à une mise en scène spectaculaire qui tendrait à banaliser la violence plutôt que de l’analyser solidement. C’est la méthode choc de l’International Institute of Political Murder, sa société de production fondée en 2007 et implantée à Berlin et Zurich. Elle a parfois soulevé des polémiques mais continue à produire un discours politique et humain redoutablement exigeant qui travaille au corps le spectateur, le bouscule, l’invite à réfléchir, provoque le malaise, appelle aussi à la vigilance. En cela, le théâtre de Milo Rau est une réelle prise de conscience.

Tous les jours à 20h30, jeudi à 19h30, dimanche à 15h30. Durée : 2h. Photos © Daniel Seiffert.

Infos pratiques

Odéon Théâtre de l’Europe
Les Gémeaux
theatre_nanterre_amandiers

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture