Danse
Yalda Younes dans les pas d’Israël Galván à la Maison des Cultures du Monde le 11 février

Yalda Younes dans les pas d’Israël Galván à la Maison des Cultures du Monde le 11 février

09 février 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

L’immense danseur de Flamenco plus que contemporain Israël Galván passe du côté chorégraphe. Il met en mouvement son élève adorée Yalda Younés. Elle sera sur scène en compagnie de Gaspard Delanoë à la Maison des Cultures du Monde pour présenter « Je suis venue », une création théâtrale et dansée de Gaspard Delanoë. Une date unique immanquable : le 11 février.

Israël Galván est un danseur de Flamenco ayant transformé le genre. Il l’a encore prouvé le mois dernier au Théâtre de la Ville en mutant en animal lors de la Edad de Oro. Parmis ses éléves se trouve Yalda Younès, une jeune femme libanaise dont il avait utilisé l’image lors du sublime El final de estado de cosas redux. Elle dansait alors sur les bombes israéliennes s’écroulant sur son pays. Sans haine, sans rancoeur. La danse comme arme pour la paix. Magique. Jugez plutôt:

Je suis venue se place dans la même veine en parodiant une conférence internationale cherchant à suggérer avec humour tout le drame et l’absurdité de la situation au Moyen-Orient qui, depuis des décennies, n’en finit pas d’être actuelle.

«Côte à côte sur scène symétriquement, une femme, un homme, deux pupitres, sur fond de conférence géopolitique. Elle – simple messagère ou représentante légale ? –, s’exprimant en arabe, énonçant un plan de paix, entre utopie et réalisme froid. Lui, traduisant, méthodiquement. Mais les mots ne suffisent pas. Il faut des symboles. (…) Mais les symboles ne suffisent pas. Il faut jeter son corps dans la bataille. Peut-on traduire un corps ? Peut-on danser un plan de paix ?»  (Gaspard Delanoë)

 

Le mois de février du Forum des Images
Victoires de la musique : Premières nominations
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture