Danse

Vidéo Danse fête ses trente ans au Centre Pompidou

Vidéo Danse fête ses trente ans au Centre Pompidou

31 octobre 2012 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Depuis 30 ans Michèle Bargues s’occupe de ce festival étrange qui met en scène uniquement des vidéos. Drôle d’idée pour parler de danse et franc succès. L’évènement, gratuit, rassemble néophytes et professionnels autour de spectacles à découvrir ou à revoir. Mais voilà, pour Michèle Bargues c’est aussi la dernière édition, l’occasion pour elle d’être nommée au grade de Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres.

Blindé comme jamais, le Cinéma 1 de Beaubourg grouillait, prét à découvrir le film de Sima Khatami, « Bonhomme de vent » qui suit les répétitions ardues du spectacle de Boris Charmatz et Jeanne Balibar « La danseuse malade ». Mais avant, comme dans une pochette surprise, c’est à une déclaration d’amitié de l’ancien directeur des lieux, et ancien ministre  de la culture Jean-Jacques Aillagon qui a rendu un vibrant hommage à la responsable de Vidéo Danse. « Tu as réussi à faire exister cette programmation de vidéo » (…) » constituer des films contre l’institution ». Beaucoup dans le public découvrent une militante, engagée dans le mouvement du 22 mars lors de Mai 68, fille d’une élève de Dolto et du fondateur de l’école freudienne. Au centre Pompidou elle a œuvré pour faire d’un art mineur en 1982 un medium artistique au même titre que les chorégraphies présentées.

Car c’est cela la force de Vidéo Danse : semer le trouble.  La force de cette exposition étrange est de présenter des films ayant pour sujet la danse. Il faut dire que les plus grands ont joué ici : Anne Theresa de Keersmaker y a interprété le tourbillonnant Fase en 1984. A ce moment, l’évènement s’intitulait  Photo Vidéo Danse et devenait la même année, Vidéo Danse.

Ces films de danse seront visibles dans le forum-1 du centre pendant un mois, regroupés selon un programme différent chaque jour.  Mercredi 7 novembre, l’après-midi sera dédiée à « Quelques pièces et films d’anthologie ». L’occasion de revoir May B de Maguy Marin très à l’honneur en ce moment via le Festival d’Automne, mais aussi A Dancer’s world de Martha Graham ou Dance de Lucinda Childs.

La veine actuelle sera largement diffusée. Les noms de Platel, Bel, Rizzo, Charmatz, Triozzi largement présent mais aussi, à l’occasion de « signatures », des chorégraphes dérouleront un programme ou, un programme sera déroulé autour de leur nom. Le dimanche 18 novembre  le nom de Pina Bausch permettra de se plonger dans ses œuvres mais aussi dans le travail de ses héritiers.

Quant au film d’ouverture, il sera projeté le jeudi 15 novembre à 13H40. Il est intéressant par son histoire et par le spectacle en lui-même plus que par l’œuvre cinématographique. Tourné en 2007, arrêté net suite à l’engagement de la réalisatrice, iranienne, dans la révolution, il vient d’être monté et donc donné à voir pour la première fois. Le film souffre de ce laps de temps, donnant une image hachée, un peu sale.  Mais le propos est passionnant : entrer dans l’intimité de la création ici extrêmement violente où le vomi se mêle au feu. Au-delà, la traduction dansée et parlée des textes du fondateurs du butô, Hijikata est associée à des extraits de films de Eikoh Hosoe qui donnent immédiatement envie de les découvrir dans leur ensemble.

Bon plan, l’évènement est totalement gratuit.

 

Visuel : (c) Yaël Hirsch

 

Bellone ou la pente de la guerre : Roger Caillois analyse la place du conflit armé dans nos sociétés modernes
Grey Goose s’installe sur le toit du BHV
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *