Danse
Un an après Charlie : une minute de danse par jour

Un an après Charlie : une minute de danse par jour

07 décembre 2015 | PAR Pauline L'Huillier

« Ce projet quotidien de performance, initié le 14 janvier 2015, est un acte de résistance poétique. » Ça fera donc bientôt 1 an que la danseuse Nadia Vadori-Gauthier nous fait vivre son expérience à travers sa Minute de danse par jour, vidéos légères et rapides qu’on trouve sur Internet. À cette occasion, une série de projections d’une sélection de minutes de danse, suivies de rencontres, est programmée du 5 au 14 janvier 2016.

 

 

« Après les attentats de Charlie Hebdo, je me suis sentie impuissante », a révélé Nadia Vadori-Gauthier, la fondatrice de ce mouvement. Le soir même du funeste 7 janvier 2015, l’artiste a imaginé le projet « une minute de danse par jour ». Le projet est simple, Nadia pose sa caméra où elle en a envie et de là, elle improvise des pas de danse pendant 60 secondes. Du Palais de Tokyo à Paris, aux rues de Montreuil, d’un Lavomatic à une animalerie, d’un torrent à un parterre de jonquilles, Nadia Vadori-Gauthier s’incruste dans le réel dont elle incorpore avec spontanéité tous les éléments.

Plusieurs fois relayé par les médias, son projet consiste à offrir au quotidien une présence sensible dans le monde. Elle interpelle les passants. La sincérité et la simplicité de la danseuse ne la mènent jamais à être intrusive par rapport aux autres. Son rire communicatif témoigne du plaisir qu’elle prend à danser et à partager. D’ailleurs, certains l’accompagnent parfois pour un petit moment de danse, comme un échappatoire à la vie de tous les jours.

Du 5 janvier au 14 janvier 2016, une programmation est organisée à partir d’une série de projections d’une sélection de minutes de danse, suivies de rencontres. Chaque soirée sera particulière, dans des lieux différents, comme les danses projetées qui seront également différentes. Nadia Vadori-Gauthier sera accompagnée, à chaque occasion, d’un invité (artiste, chercheur, journaliste) qui portera un regard singulier sur le projet. Des temps d’échange sur des questions artistiques, théoriques, éthiques qui traversent ce projet de résistance poétique prolongeront ce moment ensemble. Les invités seront entre autres des artistes touchés par la performance aussi humaine qu’artistique, tels que le chorégraphe Daniel Larrieu, le dessinateur Edmond Baudoin ou encore la danseuse Myriam Gourfink.

Découvrez le programme ici.

 

 

Visuels : ©page facebook du projet

« Vol Retour », Katie Mitchell met en opéra le conte d’Oliver Jeffers
« Cosmos » : le retour tendre et hystérique de Zulawski
Pauline L'Huillier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *