Danse
« The Brutal journey of the heart », un chapitre 3 hiératique pour Sharon Eyal à Chaillot

« The Brutal journey of the heart », un chapitre 3 hiératique pour Sharon Eyal à Chaillot

23 septembre 2022 | PAR Yaël Hirsch

Toute La Culture a vu la pièce à Montpellier cet été (lire notre article) : le chapitre 3 que la chorégraphe israélienne Sharon Eyal se donne jusqu’au 1er octobre au Théâtre National de la Danse, sur la colline de Chaillot.

Sex-appeal et virtuosité

« Mon ventre, c’est mon cœur précisait-elle ailleurs. Tout vient de ce milieu du corps », confiait Sharon Eyal à Montpellier cet été. L’ancienne de la Batsheva Danse Company propose pour ce troisième chapitre une fresque en 8 danseurs où l’on retrouve le sex-appeal et l’exigence qui sont sa signature. Les talons sont galbés, les dos cambrés et les costumes signés  Maria Grazia Chiuri (Dior Couture) : des secondes peaux tatouées un brin sauvages. Tandis que la musique oscille entre suavité d’un rythme latino et beat glacé d’un festin techno, les danseurs s’adonnent avec virtuosité à démultiplier les tableaux. C’est beau, terriblement beau sous la lumière d’Alon Cohen.

Une série de tableaux figés

C’est aussi assez dénudé, pas seulement à cause des corps surexposés, mais aussi de par le dénuement du plateau, lardé de seuls effets lumineux rouges et bleus et verts avec un cercle final quasi-infernal. Ce sont les corps qui créent aussi les lignes de fuite. Mais, malgré la maestria des danseurs, malgré le premier instant énergique et charnel, on reste en dehors de cette très belle fresque. Celles et ceux qui connaissent bien le travail de Sharon Eyal ne peuvent s’empêcher de noter les redites tandis que les néophytes tentent de se laisser mener quelque part, sans réellement parvenir à surmonter les va-et-vient entre la chaleur sexy et la clubbing froid. On nous souffle que ce troisième opus sur la chaleur humaine serait à mettre en résonance avec une phrase de l’autrice américaine Hanya Yanagihara : « La vie se réorganise pour compenser votre perte, parfois à merveille. » Nous demeurons néanmoins perplexes malgré et par delà la maîtrise chorégraphique…

A noter : Ori Lichstik sera en DJ set ce soir 23 septembre dans le grand foyer de Chaillot à l’issue du spectacle.

Chapter 3 : The Brutal journey of the heart, Création Sharon Eyal & Gai Behar, Musique Ori Lichtik, Costumes Maria Grazia Chiuri, Christian Dior Couture, Lumières Alon Cohen, Avec Clyde Emmanuel Archer, Darren Devaney, Edit Domoszlai, Guido Dutilh, Juan Gil, Alice Godfrey, Dana Pajarillaga, Keren Lurie Pardes, Production L-E-V
Coproduction Sadler’s Wells / Ruhrtriennale / Christian Dior Couture / Julidans / Montpellier Danse / Torinodanza Festival / Carolina Performing Arts / Bold Tendencies / y-o-u-n-g.

visuels(c) Stefan Dotter pour Dior 

Jef Aérosol, 40 ans de pochoirs
PPDA et le monde du livre : les écrivaines témoignent
Avatar photo
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture