Danse

Roméo et Juliette : l’amour contre la société

Roméo et Juliette : l’amour contre la société

08 avril 2011 | PAR Alienor de Foucaud

La nouvelle version du plus célèbre drame Shakespearien revisité par Joëlle Bouvier s’inscrit dans une saison que le Théâtre national de Chaillot consacre à l’exploration des liens entre «savant » et « populaire ». En explorant l’univers musical des trois suites pour orchestre que Prokofiev a tiré du ballet, la chorégraphe questionne l’universalité de cette tragédie où la passion s’oppose aux contraintes sociales.

Les amants de Vérone ont quitté l’univers du conte oral pour devenir sous la plume de Shakespeare, une pièce de théâtre qui, bien au-delà du cercle des « lettrés » a ancré cette histoire dans l’imaginaire collectif. Délaissant l’aspect historique, renonçant même à raconter dans sa totalité une intrigue connue de tous, Joëlle Bouvier choisit de se focaliser sur les articulations essentielles du récit. Avec les danseurs du Ballet du Grand Théâtre de Genève, la chorégraphe offre une création épurée où la danse est ramenée à son état originel.

Le ballet s’ouvre ainsi par une procession funèbre où Capulet et Montaigu sont indiscernables, unis dans les mêmes costumes sombres. Les hommes sont revêtus de vestes noires et les femmes de robes longues, accompagnant l’esthétisme et la stylisation de ce ballet. La chorégraphe oppose frontalement ce corps social, uni dans un même combat à l’amour fou des jeunes amants, dont le blanc immaculé des vêtements symbolise la pureté de la passion.

La tragédie réduite à sa seule gestuelle offre une magnifique partition de danse. Des duos se forment, le mouvement se coordonne, tous forment un ensemble homogène et harmonieux. La douceur et la langueur de la danse des deux amants sont quasi évanescentes. Leurs corps s’enchevêtrent, embrassés dans un voile blanc et une nudité virginale.

L’incroyable liberté avec laquelle Joëlle Bouvier explore la pièce de Shakespeare offre un souffle nouveau à ce drame tant revisité. L’empoignement ou la chute des corps, les enlacements sont tant de leitmotivs propres au travail de la chorégraphe qui donnent un élan superbe à cette danse romantique et intemporelle.

www.theatre-chaillot.fr

www.geneveopera.ch

Beirut à l’Olympia le 12 septembre 2011
Andrés Serrano énerve l’Eglise
Alienor de Foucaud

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *