Danse
Nuée d’Emmanuelle Huynh, fragments de vie se liant par la danse

Nuée d’Emmanuelle Huynh, fragments de vie se liant par la danse

16 novembre 2021 | PAR Clémence Duhazé

 

Dans le cadre du Festival TNB à Rennes, Emmanuelle Huynh présente Nuée, spectacle de danse où elle crée les frontières de son propre univers, quelque part entre la France et le Vietnam.

Lorsque les lumières s’éteignent, en début de représentation, seuls des mots lumineux s’affichent, dans le noir et le silence, fruit du travail de Gilles Amalvi. Un certain recueillement s’opère, puis Emmanuelle Huynh apparaît. Son corps transmet presque une hésitation dès les premières minutes ; puis il gagne en force, jusqu’à prendre possession de la scène dans son intégralité. 

La danse se fragmente et offre des contrastes saisissants entre explosion du corps et repos silencieux. Elle répond ainsi à la musique de Pierre-Yves Macé, éclats de vies faisant transparaître voix et sons venant de quelque part, ou de nulle part. Idée qu’Emmanuelle Huynh martèle dans sa chorégraphie, puisqu’elle même se trouve entre deux mondes : le Vietnam et la France. Elle explore ainsi les liens et les ruptures entre les deux pays. Tout se mêle, à l’image de cette fumée, présente presque en permanence, qui forme parfois comme un mur d’arabesques mouvantes entre les spectateurs et la scène ; nuée impressionnante qui déborde puis s’efface.

Le spectacle évoque le père de la danseuse, né au Vietnam, qui était médecin acupuncteur. Emmanuelle Huynh explore cette idée des méridiens utilisés en acupuncture à travers la danse. L’hommage au pays de son père se retrouve aussi dans cette scène de pluie torrentielle ou encore dans ces mots vietnamiens répétés, communication qui se crée entre la chorégraphe et cette langue qu’elle ne connaît pas, avec laquelle elle renoue par l’intermédiaire du corps. 

 

Nuée par Emmanuelle Huynh. Dramaturgie et textes par Gilles Amalvi. Lumières et scénographie par Caty Olive. Musique par Pierre-Yves Macé.

A retrouver au Festival d’Automne de Paris du 25 au 26 novembre. Durée : 1h. 

 

Visuel : © Marc Domage

« Mes Parents » de Mohamed El Khatib, les parents vus par leurs enfants dans une représentation drôle et touchante
Conversation avec les Ancêtres, un triptyque présenté à Sevran
Clémence Duhazé

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture