Danse
Memórias : Martha Graham célébrée

Memórias : Martha Graham célébrée

04 juillet 2011 | PAR Alienor de Foucaud

Pendant trois jours, le Théâtre de la Porte Saint-Martin célébrait la mémoire de Martha Graham. Il invitait la compagnie brésilienne Studio 3 Cia à honorer la célèbre chorégraphe au travers d’un ballet-spectacle retraçant la vie d’une des pionnières de la danse moderne aux États-Unis.

Décédée en 1991, Martha Graham laissa derrière elle un art de la danse unique. Sa technique, essentiellement fondée sur la respiration, la contraction et la détente du corps continue à être enseignée dans le monde entier et a inspiré de nombreux chorégraphes. Martha Graham a entièrement conçu un nouveau langage chorégraphique basé sur les contractions et les relâchements autour du bassin, centre de toutes les pulsions. La « force centrale » devient essentielle pour emmener le mouvement et la gestuelle du corps. Très influencée par la psychanalyse, Martha Graham s’inspire de mythes antiques, questionne l’identité américaine et le désir féminin.

Dans une création inédite au Brésil, la compagnie de danse Studio 3 présente un spectacle sur le parcours de la chorégraphe. Sous la direction de José Possi Neto pour la mise en scène et du chorégraphe Anselmo Zolla, le ballet restitue l’univers de l’artiste à travers l’évocation de son enfance et de sa famille, de son apprentissage de la danse, de sa vie amoureuse et de la consécration mondiale de son art. Le chorégraphe ne reprend pas les enchaînements originaux de Martha Graham mais y fait référence par évocation indirecte.

Comment danser Martha Graham ? Comment évoquer cette personnalité ? Comment faire comprendre ce que fut la vie de cette immense artiste ? La compagnie de danse Studio 3 mêle à la danse le texte et l’image, afin de rendre compte de la complexité de cette personnalité hors-normes. Une voix quasi fantomatique scande les grandes litanies de Martha Graham : « Le corps est un habit sacré. C’est avec lui qu’on entre dans la vie » ; « Je n’ai pas choisi, j’ai été choisi pour être ballerine et avec cela on vit toute sa vie » ; « l’essence de la danse c’est l’expression de l’homme. Elle révèle son paysage intérieur, son âme. » Autant de phrases qui continuent de résonner dans l’esprit de tout danseur. Autant de principes de vies que Martha Graham dictait aux membres de sa compagnie.

Ce ballet oscille entre spectacle vivant et ballet-performance. Il mêle aux grandes envolées lyriques, des morceaux de cirque et de gymnastique. Les danseurs s’engagent dans des duos sensuels, on sent dans le corps de ballet une atmosphère de drame et d’oppression puis de délivrance et de liberté. Costumes et décors grandiloquents sont de mise pour évoquer l’univers quasi fantastique de ce destin hors du commun.

Plus d’informations sur la programmation du Théâtre de la Porte Saint-Martin: ici

Robuchon revient aux fourneaux de France 3
Transports non communs, la soirée flottante au petit bain
Alienor de Foucaud

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *