Danse

Massacre, les mues adolescentes de Marion Motin à la Villette

Massacre, les mues adolescentes de Marion Motin à la Villette

17 mai 2018 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Quel est le lien entre PNL et Pixies ? La réponse dans les pas et les bois de la chorégraphe aux milles vies, Marion Motin, à la Grande Halle de la Villette jusqu’au 19 mai

Marion Motin est partout, sur scène avec Madonna ou en chorégraphe pour Stromae. On la retrouve dans un lieu plus intime que les stades qu’elle fréquente, dans la petite salle Boris Vian de la Grande Halle, seule en scène.  On entend une version étouffée de « Where is my mind », le tube absolu des Pixies. La fumée envahit la scène, le son devient clair et la danseuse apparaît, ou presque. Elle est entièrement recouverte d’une couverture à motifs indiens et surtout de bois de cerf.

La présentation du spectacle parle d’un enjeu personnel : « l’étroite relation entre la danse et moi ». Mais de la première à la dernière image on ne peut s’empêcher de penser que ce conte très initiatique nous parle d’adolescence. Ajoutons que l’adolescence est une « une phase du développement humain physique et mental » qui normalement se passe entre 13 et 19 ans mais qui peut, adage adulte, survenir à tout instant, surtout quand y s’y attend le moins.

Alors, elle porte ses bois comme on porte une croix ou de grandes décisions. Oser se montrer, lever la tête malgré la pression et oser tout envoyer sur PNL. Elle navigue entre des courbes contemporaines très douces où le dos se courbe en arrière et où les bras se balancent dans une force motrice augmentée par la contrainte des bois. Si la grammaire n’est pas violente, le geste est lui rapide. Et c’est quand elle envoie les mains en avant que le Hip Hop se fraye un chemin vers une joie de danser communicative.

Les lumières de Judith Leray naviguent entre onirisme et esprit des clips pop. Massacre n’en est pas un ! C’est tout le contraire ! Ce spectacle libère et donne envie de danser avec elle.

Visuel : Florent Lyonnet

Cannes 2018, en compétition : « Dogman » de Matteo Garrone, plongée dans la Rome des années 1980
« Parsifal » à l’Opéra de Paris : là où souffle l’esprit, là est le temple
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. amelie@toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *