Danse
Le Festival Give Me a Wall so I can Escape du 1er au 24 juillet 2011

Le Festival Give Me a Wall so I can Escape du 1er au 24 juillet 2011

29 juin 2011 | PAR Moriane Morellec

Soutenu par la mairie du XXe, la troisième édition du festival Give me a Wall so I can Escape réinvestit le vingtième arrondissement et explore cette année le thème de la femme dans la création urbaine.

L’édition 2011 du Festival Give me a Wall so I can Escape – nommé ainsi d’après une phrase inscrite sur le mur de Berlin – a pour thème « Fémicités », où la création urbaine au féminin est à l’honneur: expositions, graffitis, street art, danse, photographies, projections, performances et autres initiatives artistiques proposées autour de cette thématique forte et engagée. Il s’agit de donner un espace et une parole à celles et ceux qui voient la création comme un terrain de libre échange où le genre n’est pas discriminant et où la création féminine peut bouleverser les préjugés. Les lieux au cœur du XXème accueillent le festival pendant un mois parmi lesquels Confluences, la galerie Frichez-nous la paix ainsi que de nouveaux lieux d’expression accueillant la programmation artistique tels que la Galerie 154 située à Ménilmontant, le Mur du Square Karcher ainsi que l’association M.U.R qui gère le mur de collages de la rue Oberkampf.

Parmi les expositions, une installation collective par le PhotoGraff Collectif s’empare du lieu Confluences, les photographies « Paysage Sauvage » d’Anaïs Barelli sont exposées à la Galerie Frichez-nous la paix ainsi que les peintures de Lady Alezia « Undelivered Message » et Jade et Wesr avec « Ellas », et les peintures d’AM investiront la Galerie 154 . Performances picturales, des graffeuses recouvriront les murs alors que le public assiste à un work in progress où les bombes de peintures s’agitent selon les styles et les inspirations des artistes: Dey, Kashink, Dag et A.M se produiront à Confluences, Lady Alezia, Jade et Wesr à Frichez-nous la paix, Dag, Dey, Kashink, Lady Alezia, Pau, Shupa, Stoul au mur Karsher et le collectif France Tricot au M.U.R. Les Vjs C-Cil et MX&O envahiront Confluences et de nombreuses projections seront accessibles pendant toute la durée du festival: Bandes de filles de Karine Pelgrims, Women are heroes de JR, C’est Gratuit pour les filles de Claire Burger et Marie Amachoukeli, Les Roses Noires de Hélène Milano, Pirouette PGC Party de Mouarf (PGC). De nombreuses vidéos seront projetées lors du street brunch : Vhils, Zomeka, Mouarf (PGC), Artistik Performance, Kanos, Defco (REDK), Anzis, Francisco et Swaggers. A Frichez nous la paix aura aussi lieu un ciné-concert de cinéma urbain dans la rue Dénoyez. Finalement, le hip-hop sera à l’honneur avec We Brake ze wall, Cartes blanches au Swaggers et MKO, Mes mots sont tes maux, un solo de Josepha Madoki et Là haut, un Solo de Magali Duclos puis Vertige d’elle interprété par trio composé de Claire Moineau, Jessica Noita et Alexandra Rea et Autrement Moi, un Duo de Claire Moineau et Franck Richard.

Au coeur du Xxeme, Give me a Wall so I can Escape promet cette année encore un mois de créations colorées, d’expositions interactives et de performances originales. De quoi se nourrir de culture urbaine pendant tout le mois de juillet !

Visuels: (c) Give me a Wall so I Can Escape

Concert de Jean-Michel Jarre en direct de Monaco lors du mariage princier sur Nostalgie
American Power : énergie et pouvoir made in U.S.A
Moriane Morellec

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *