Danse
« Grupo de Rua », Bruno Beltrão traverse mollement le Kunstenfestivaldesarts

« Grupo de Rua », Bruno Beltrão traverse mollement le Kunstenfestivaldesarts

14 mai 2022 | PAR Amelie Blaustein Niddam

C’est ce qui s’appelle une déception. C’est au Kunsten déjà que nous avions découvert Bruno Beltrão, en 2018, pour le très musclé INOAH. Ici, le spectacle qui porte le nom de la compagnie, Grupo de Rua, semble avoir été porté au plateau sans aucune répétition ni écriture. 

C’est avec un désir intense que nous attendions la nouvelle pièce du chorégraphe brésilien. Voici maintenant dix ans qu’il fait du hip hop une écriture puissante, musclée.  Chez Bruno Beltrão les corps sautent à contre-sens, les chemins s’inversent. C’est puissant et souvent très très beau. Et là, et bien là, rien.

Nous avons la sensation très désagréable d’assister à un workshop, et plutôt pris au début du travail. Alors bien sûr, il reste les danseurs et la danseuse, dont les qualités de corps sont indéniables. Mais Wallyson Amorim, Camila Dias, Renann Fontoura, Eduardo Hermanson, Alci Junior, Silvia Kamyla, Ronielson Araújo ‘Kapu’, Leonardo Laureano et Antonio Car los Silva ont beau tenter des accélérations et des ruptures de rythme aux têtes basses et aux mouvements scandés, cela ne fait pas pour autant un spectacle.

À cela s’ajoute une lumière également non écrite. Le début est doré, puis bleu, sans ce que cela n’ai aucun sens. La musique hésite entre l’éléctro-acoustique et le brutisme, ça encore, pourquoi pas, mais elle glisse dans un accompagnement littéral du mouvement.

Un travail visiblement bâclé. Reste à voir si au fil du temps, le spectacle prend corps et permet de retrouver l’écriture normalement fine de ce chorégraphe.

Jusqu’au 17 mai, à la Raffinerie. 

Visuel : ©Wonge Bergmann

Frero 110GN : « Ce projet a été une vraie prise de risque pour moi » (Interview)
Tactiques du rêve augmenté, la beauté se niche dans la matière à la Verrière
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture