Danse

Grâce, maîtrise et tradition : Le Lac des Cygnes par l’Opéra National de Russie

Grâce, maîtrise et tradition : Le Lac des Cygnes par l’Opéra National de Russie

17 mars 2018 | PAR Sarah Reiffers

Le Ballet et l’Orchestre de l’Opéra National de Russie sillonnent régulièrement la France et l’Europe pour continuer à faire vivre les grands classiques des ballets russes. Ils étaient mardi dernier à l’Amphitéa d’Angers pour une représentation sublime du Lac des Cygnes.

Il est un nom qui revient sans cesse lorsque l’on parle de danse classique ; d’airs que l’on a entendus maintes et maintes fois, et de chorégraphies qui semblent figées à tout jamais dans nos rétines. Le Lac des Cygnes, l’un des ballets classiques les plus joués au monde, est de retour en France et en Europe grâce à l’Opéra National de Russie (qui n’est, contrairement à ce que l’on pourrait penser, pas une compagnie mais un label). Alors bien sûr la question qui se pose est, que vaut cette énième production d’un ballet dont le public ne semble pas prêt de se lasser ?

Simple et efficace, la mise en scène ne cherche pas à apporter quoi que ce soit de nouveau mais s’inscrit dans la tradition la plus fidèle – l’un des objectifs de ce genre de productions, qui se portent fiers défendeurs et promoteurs du patrimoine russe. Les décors peints, lorgnant vers le merveilleux et le féérique, sont somptueux ; les costumes débordent de couleurs, et les lumières sont simples et efficaces. Le tout forme un cadre plaisant dans lequel évolue le grand atout de cette production, à savoir le talent de ses danseurs et danseuses.

Le Lac des cygnes dans sa forme la plus classique peut se laisser voir comme une succession d’exercices techniques, l’occasion pour les interprètes de démontrer leur maîtrise. Sur la musique tantôt légère et virevoltante, tantôt dramatique, tantôt délicate, les chorégraphies millimétrées à la dixième de seconde près nécessitent une technique parfaite qui parfois ne laisse que très peu de place à l’émotion. Mardi, les danseurs et danseuses se sont prêtés à l’exercice avec ce qui semblait être une facilité déconcertante. Certains se sont même quelque peu rapprochés des cieux. Avec, en apothéose, le pas de deux d’Odette et de Siegfried au deuxième acte, sublime moment de grâce et de légèreté.

Un véritable plaisir pour les yeux, en somme, et une parfaite reprise d’un des plus grands classiques de la danse pour qui souhaite (re)découvrir le ballet russe dans sa plus pure tradition.

Le Lac des Cygnes est en tournée dans toute la France et en Europe. Pour plus d’information sur l’ensemble des dates cliquez ici.

Visuels : Nadya Pyastolova

Alcina au Théâtre des Champs Elysées : Les voix au-dessus du panier
Drop of Sun d’Elene Naveriani : rencontre amoureuse dans les abysses
Sarah Reiffers

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *