Danse
« Dream », le nouveau ballet de Julien Lestel, en tournée dans toute la France

« Dream », le nouveau ballet de Julien Lestel, en tournée dans toute la France

25 janvier 2020 | PAR Geraldine Elbaz

 

 

La Compagnie Julien Lestel et Alexandra Cardinale Opera Ballet Production nous présentent leur dernière chorégraphie, inspirée du rêve. Après avoir enchanté les spectateurs de la Salle Pleyel le 16 janvier 2020, les onze danseurs partent en tournée transmettre émotions, grâce et volupté.

Gestuelles fluides, mouvements brisés, rythmique tantôt ondulatoire ou saccadée, musiques et lumières au diapason, danseurs fabuleux : tous les ingrédients du sublime sont réunis pour passer une soirée d’exception.

Une lumière rouge orangée, chaude et puissante, enveloppe le corps dénudé d’un premier danseur exposé dans la pénombre de dos, allure hiératique et altière, au fond du plateau, avant de s’animer et de revêtir son costume au drapé sinueux. Comme une onde majestueuse, le corps s’éveille, en osmose avec la musique dont l’accélération des battements crée une tension palpable et envoûtante, agrémentée de volutes de fumées et parsemée d’éclairs lumineux. La thématique du rêve est prégnante et transcende tout.

« Dans un élan viscéral jaillit une danse d’une physicalité exacerbée et d’une sensualité vibrante », nous dit Julien Lestel. On assiste presque à une naissance, où le danseur semble prendre vie dans toute sa corporalité avec une élégance rare.

Est-ce la musique qui accompagne le danseur ou l’inverse?

Au gré des pulsations, nous sommes happés dans une nouvelle réalité artistique où la beauté précède tout et nous plonge dans une atmosphère onirique intense et charnelle.

Un deuxième danseur apparaît, son entrée en scène est divine : le corps est littéralement projeté depuis les coulisses sur l’avant-scène gauche, se déroule et virevolte dans les airs avant de retomber, immobile sur le sol. Un bras s’élève vers le ciel, main tendue et doigts écartés avant de se recroqueviller d’un coup. Les mouvements s’enchainent, spasmodiques, quasi épileptiques, comme en transe. La musique s’intensifie, la rythmique augmente, le tempo s’accélère, le buste se cambre puis retombe élastique et oscille comme une poupée sur ressorts. Alors, comme une lionne prête à bondir sur sa proie, les mouvements du danseur se font plus lents avec une élégance presque bestiale : c’est à la fois voluptueux et féroce.

La créativité de Julien Lestel, qui appartient à la nouvelle génération des chorégraphes les plus reconnus, est sans bornes. Il explore la thématique du rêve, des désirs enfouis, des pulsions et passions inassouvies mais aussi des peurs et des angoisses et traduit avec une infinie poésie une palette d’émotions aussi dense que riche.

Alexandra Cardinale, artiste invitée et productrice du spectacle, danseuse au Ballet de l’Opéra National de Paris, associe avec talent l’émotion et la beauté, partage avec une grande générosité son amour incommensurable pour cet art magnifique.

Quand tous les danseurs sont réunis sur le plateau, la communion entre les artistes est incroyable : du mouvement surgit la grâce. Les corps s’enchevêtrent et tourbillonnent, la synchronisation est parfaite, la danse révèle l’intime et communique avec l’âme, le conscient et l’inconscient.

Johann Johannsson, Ivan Julliard (membre de la Compagnie Julien Lestel) et Nina Simone illustrent musicalement le ballet, mettent en relief les gestes sublimés par l’orchestration lumineuse de Lo-Ammy Vaimatapako et nous transportent dans une nouvelle dimension esthétique où la délicatesse confine au merveilleux, comme un moment suspendu.

Crédit photos : (c) Philippe Escalier et Isabelle Aubert

Dream

Compagnie Julien Lestel

En tournée dans toute la France

Durée : 1h15 sans entracte

Johanny Bert à la recherche marionnettique d’un corps utopique
« Et toujours en été » : Escape Game dans la maison de vacances familiale par Julie Wolkenstein
Geraldine Elbaz
Passionnée de théâtre, de musique et de littérature, cinéphile aussi, Géraldine Elbaz est curieuse, enthousiaste et parfois… critique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *