Danse
Dans la tête de Decouflé à la Villette

Dans la tête de Decouflé à la Villette

04 juillet 2012 | PAR Amelie Blaustein Niddam

La Grande Halle de la Villette bat au rythme du chorégraphe Phillippe Decouflé jusqu’au 15 juillet  avec une exposition, Opticon, comme une fête foraine et un spectacle, Solo, comme un journal intime. Magique.

Decouflé est circacien, il se forme à la danse et fonde en 1983 sa compagnie, DCA. L’expo qui envahit toute la Grande Halle raconte l’identité de la compagnie, les spectacles et le goût pour l’interactivité numérique. En quelques secondes, une liberté totale vous submerge dans cet espace sans plan de circulation où vous avez  l’obligation d’aller pieds nus sur un kaleidoscope immense qui décuple vos mouvements. Les membres de la troupe sont parfois là et vous guident,  vous faisant danser un « Ballet bros », ou vous transformant en « Déshabilleur ».

Au passage de ces activités hautement ludiques on comprend les obsessions du chorégraphe pour le mouvement illimité. Tout l’espace de la Grande Halle est occupée, les costumes de la parade des JO d’Albertville surplombent l’espace. Partout se découvrent des mini-theatres sous bulles de verre accompagnés des dessins préparatoires aux vêtements et aux gestes. Les costumes sont en mouvement tenus par des câbles, ils semblent danser. On peut alors tourner autour, les approcher très prés, bien loin d’une scénographie classique.

C’est une exposition conçue comme un jeu mais qui permet à chacun d’entrer dans l’univers décalé et inventif de l’artiste. Jouissif !

L’exposition apparaît comme une introduction au spectacle. Nous entrons  dans Solo, une pièce où le « Je » est très pluriel.

Chorégraphié en 2003, Solo utilise à foison le numérique dans une tendance qui aujourd’hui semble acquise. Découflé en sort pour en faire de la poésie.

On commence par les pieds, filmés, amplifiés, le corps caché derrière l’écran qui les projette. Tout danse, tout parle. Du bout de chaque doigt Philippe Decouflé nous raconte ses hauts et ses bas, d’humour en nostalgie, photos de famille à l’appui.

Il danse divinement, même si comme il le dit il est « désorganisé et a 50 ans », les ronds de jambe  fusent contrastant avec des bras volontairement mécaniques qui viennent tendrement s’arrondir. Decouflé joue parfois trop de la technologie, il se multiplie à foison dans un rythme et des attitudes qui empruntent au clown. C’est époustouflant.

Le sublime vient quand  il danse seul vraiment, sans double, en hommage à son père, le vide de la Grande Halle derrière lui.

Solo se transforme alors d’un spectacle tendre et drôle à  un moment magique où l’homme seul essaie de cacher sa solitude dans ses doublures.

Visuels : Exposition Opticon © C. Polonsky

Solo © Anita Gioia

 

JoeyStarr et Sexion d’Assaut : cyber règlement de compte
Live Report : Soirée du label Chapter Two
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *