Danse
Dancewalk, la marche militante de la Sélection suisse à Avignon

Dancewalk, la marche militante de la Sélection suisse à Avignon

13 juillet 2021 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Attention, mise en abyme, la Sélection suisse c’est un festival dans le Festival d’Avignon. Et la pièce Dancewalk-Retroperspectives est présentée aux Hivernales qui propose lui aussi son événement ni In ni Off : On (y) danse aussi l’été. On avance ?

 

Foofwa est le nom de scène d’Alizée Sourbé. En 2015 elle commence à marcher en dansant, ou l’inverse ! Le « dancewalk » est nommé. Il existe depuis toujours en fait, depuis au moins les grèves de 1936 et on fait ça à toutes les marches de la Gay Pride. Marcher et danser en même temps, c’est un acte, et c’est militant. En Iran, on va en prison pour ça. Ok.

Elle est seule en scène mais elle est le monde entier. Puisque sur le plateau entièrement vidéo, elle marche en dansant, sur place ou en légers déplacements, pendant que sous ses pieds et derrière elle défilent toutes les marches des cinq dernières années.

Le projet est immense, il est passé par Paris d’ailleurs. Et le fait de passer dans les espaces publics, mais aussi les forêts ou les zones moins urbanisées permet de prendre possession de ces territoire, d’y apporter « de la fiction ». Dancewalk embellit le réel, indéniablement. Avec ce projet elle et le collectif ont fait le tour du monde, et l’on voit comment la danse est le point commun de tous les humains qui avancent.

La performance est donc à percevoir comme une conférence. Sa marche est déhanchée, parfois vaste, elle montre une autre façon de se déplacer sur deux pieds.

On regrette d’être resté assis et qu’il n’y ait de Dancewalk entre la Barbière et le Palais des Papes, d’un point de vue social cela aurait du sens !

Du 10 au 20 juillet, relâche le 15. À 15 h 30, durée 1h. Aux Hivernales

Visuel : © Phil Bucher

Ida don’t cry me love, l’idole de Lara Barsacq aux Hivernales
Dans «Vies dérobées», Cinzia Leone explore un secret qui ne passe pas
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture