Danse
Carolyn Carlson crée « Now » au Théâtre de Chaillot: « home is here »

Carolyn Carlson crée « Now » au Théâtre de Chaillot: « home is here »

12 novembre 2014 | PAR Nina Farge

En résidence au Théâtre National de Chaillot pour deux saisons, Carolyn Carlson livre sa première création en tant qu' »artiste-associée » de ce temple parisien de la danse contemporaine dont elle fut une pionnière. Avec Now, la chorégraphe reste fidèle à l’esthétique poétique qui fait son succès depuis cinquante ans, puisant son inspiration aux sources de la philosophie et des conceptions du spectacle total pour esquisser une fresque dans laquelle différents espaces et temporalités se télescopent. La chorégraphe américaine qui semble avoir trouvé une terre d’élection en France avait auparavant dirigé le Centre Chorégraphique National de Roubaix et fondé l’Atelier de Paris à la Cartoucherie.

[rating=3]

La chorégraphe qui se définit d’abord comme une poète met en scène sept danseurs (quatre hommes et trois femmes) dans des décors dépouillés où les accessoires cèdent progressivement le pas à des projections vidéographiques sur des écrans mobiles. Orchestrée par une figure masculine centrale (interprétée par le charismatique Juha Marsalo), la pièce qui métisse savamment danse et théâtre esquisse des rencontres, tisse des histoires ou brode des fragments oniriques autour d’antagonismes fondamentaux comme le passé et l’avenir, l’industrie et la nature, l’homme et la femme, le dehors et le dedans, l’intime et l’universel, le microcosme et le macrocosme.

L’oeuvre, fidèle à l’esthétique de Carolyn Carlson, déploie différents espaces et temporalités dans le prisme chatoyant et contemplatif de la représentation. Plusieurs pistes de lecture peuvent ainsi être explorées: de façon littérale, le spectacle évoque l’histoire d’un homme qui, après s’être épuisé à construire un chez-soi stable, confortable et sécurisant pour ses proches, est rappelé aux frustrations de sa condition de mortel par un événement funeste. Adieu les forteresses, c’est désormais un arbre qu’il désire!, s’exclame-t-il avec fulgurance. Récurrent dans l’oeuvre de Carolyn Carlson, l’arbre est un symbole spirituel qui prend un éclairage presque biblique dans certains tableaux où il vient illustrer la déchéance d’un Adam et d’une Eve modernes. A travers cette histoire aux résonances universelles, est d’autre part mis en exergue l’impératif d’une révolution écologique en lieu et place de l' »American dream » industriel forcené, miroir aux alouettes qui promet beaucoup et dont les biens sont de peu de valeur en réalité. Bien que l’enjeu soit toujours et plus que jamais d’actualité, la pièce n’évite pas une certaine lourdeur stéréotypée dans ce message.


Now – Carolyn Carlson (Entretien et répétitions) par Theatre_de_Chaillot

Plus intéressante en revanche, la mise-en-abyme qui permet malicieusement de s’interroger sur la notion de chez-soi (« home »). Le bien-fondé de l’opposition traditionnelle entre la maison et le monde est en effet mis à mal, car pour l’artiste, « home is here » (« la maison, elle est ici-même »). Autant que d’inviter le spectateur à sortir de ses retranchements pour jouir du moment présent au sein même du monde, la chorégraphe joue ainsi sur le statut de l’interprète pour qui la scène est un véritable foyer… au sens figuré, et même littéral, puisque les artistes de la troupe sont actuellement en résidence dans le Théâtre!

A l’image de son imaginaire foisonnant, Carolyn Carlson a eu de multiples vies. Interprète charismatique à la gestuelle hypnotique, elle a fait les belles heures de la compagnie d’Alwin Nikolais à New York dès 1964, et monte parfois encore sur les planches à 71 ans le temps d’une improvisation avant un spectacle. S’illustrant rapidement dans la chorégraphie, elle s’est approprié par la suite les conceptions de son maître et les défend à travers le monde: un parcours erratique l’a menée de Paris où elle est invitée successivement par Rolf Liebermann à diriger le Groupe de recherches théâtrales (GRTOP) en 1974, et par le Théâtre de la Ville de 1981 à 1985; en Italie (Teatrodanza la Fenice) puis en Finlande (Ballet National de Finlande; Helsinki Dance Company); et en Suède (Ballets Cullberg); avant de revenir en France dans les provinces (CCN de Roubaix) et aujourd’hui dans la capitale. Ses spectacles interdisciplinaires se nourissent donc de la somme de ses expériences, pratiques (la chorégraphe est aussi poète et calligraphe) et culturelles (le texte mélange les langues et esthétiques, passant de l’acharnement américain à des méditations aux couleurs asiatiques).

Du 06 au 16 novembre 2014. 20h30, dimanche 15h30. Durée 1h30. Tarif plein 35 € ; Plus de 65 ans* 27 € ; De 18 à 27 ans* 13 € ; Moins de 18 ans* 11 € ; Demandeur d’emploi* 13 € ; Bénéficiaire de minima sociaux* 8 € ; Groupe (à partir de 10 personnes) 27 € ; Groupe scolaire sur le temps scolaire** – €. Réservez vos places

Visuels: répétitions de Now, Théâtre National de Chaillot

Infos pratiques

Tarantino prendra bientôt sa retraite
Culture : What is serious ? La fabuleuse et subversive histoire de serious publishing
Nina Farge
Étudiante en deuxième année de master "Administration de la musique et des arts du spectacle vivant" à l'université d'Evry, licenciée en "Lettres et Arts"; je me passionne depuis toujours pour la culture, et plus particulièrement pour la danse.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture