Danse

Qui a peur du rose, Françoise Tartinville redonne de la puissance aux Ladies

Qui a peur du rose, Françoise Tartinville redonne de la puissance aux Ladies

11 octobre 2018 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Au Festival Avis de Turbulences qui se tient à l’Etoile du Nord, on y danse, on y danse, radicalement souvent. Françoise Tartinville se glisse dans les représentations du féminin sans stéréotype.

Première image : un choc, dernière image : une jubilation. On va vous raconter la première pas la dernière. Vous jugerez par vous-même : deux corps qui s’avancent comme des fantômes. Une marche hachée, déconstruire, saccadée. Des spectres étranges effrayants et sympathiques car sur leurs têtes coulent un tulle rose… en un mot, ça claque !

Puis la lumière, toujours en halo pas si girly se fait plus nette et tous les danseurs apparaissent. Vincent Deletang, Lucille Mansas, Stéphanie Pignon et clémentine Vanlerberghe vont marcher et se tordre.

Que vient faire ce garçon au milieu de ces filles ? Étrange quand l’une ressemble à un totem.
Sur une musique de Jean François Domingues, qui passe de la techno au rock planant, les déplacements sont lents et vont chercher dans le ventre et le bassin la force de continuer cette marche étrange toute en horizontalité.

En ce moment à Orsay se tient l’exposition Picasso. Bleu et rose, qui justement explique que ce n’est pas si simple, que les périodes ne sont pas si séparées et que les couleurs se mélangent. C’est exactement ce que fait la chorégraphe en assumant que les filles peuvent porter du rose sans faire gonzesse et a contrario, faire très gonzesse en jean large. Elle décale et déconstruit et à toutes les ex petites filles de 5 ans devenues allergiques au rose à l’âge adulte elle semble dire : osez cette couleur qui n’est pas que mièvre et qui peut aussi être puissante.

Le 12 octobre à l’issue de la représentation, une rencontre se fera en bord de plateau avec l’équipe , Hélène Marquié (chorégraphe spécialisée dans les perspectives de genre) et Aude Lorriaux journaliste spécialiste de questions de genre)

Qui a peur du Rose ? travail en cours – Cie Atmen – Françoise Tartinville from atmen on Vimeo.

Vies de femmes à la Maison de l’Amérique Latine
Joseph Hirsch nous parle de la programmation du Festival Lettres d’Israël, qui s’étend dans les genres et à toute la France
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. amelie@toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *