Comédie musicale

[Critique] Oliver Twist, une nouvelle comédie musicale à la Salle Gaveau

[Critique] Oliver Twist, une nouvelle comédie musicale à la Salle Gaveau

26 septembre 2016 | PAR Fiona Dubois

Une nouvelle comédie musicale, Oliver Twist Le Musical, a vu le jour ce 23 septembre à la Salle Gaveau. Le célèbre Oliver Twist, héros du chef d’œuvre éponyme de Charles Dickens, a été revisité en musique et le sera pour plusieurs semaines à Paris. Une aventure théâtrale et musicale éclatante !

La Salle Gaveau est méconnaissable à l’occasion de la première représentation d’Oliver Twist Le Musical. Ce temple de la musique classique a été transformé avec l’Angleterre du XIXème siècle pour nouveau décor, tapissé de vieux journaux projetés et de lampadaires caractéristiques. La scénographie est réussie à l’image de toute la mise en scène. Les décors sont travaillés, les costumes remarquables. Tout parvient à nous faire entrer dans la misère d’un monde de voleurs et d’orphelins.

Fidèle à l’intrigue du monument de la littérature classique britannique, le héros suit seul son parcours ardu et semé d’embûches vers le retour à une famille et à la sécurité. Tiré au sort par ses camarades à l’orphelinat, il ose demander une portion supplémentaire de gruau et est alors vendu à un croque-mort, d’où il s’échappe pour prendre la route de Londres. A son arrivée, il rencontre Kens, un voleur dont il se lie d’amitié qu’il va suivre jusqu’au repère de son maître, le criminel Fagin. De cette troupe de bandits dans laquelle il semble d’abord voir une famille, il devra se détacher par son refus de voler. D’autant qu’Oliver veut retrouver son père, avec pour seul guide le médaillon que lui a laissé sa mère en mourant. Mais s’échapper de Fagin et du redoutable Sax n’est pas chose aussi facile. Et cette aventure que nous propose Oliver Twist Le Musical est pleine de vie et d’entrain, comme c’est le cas pour toute bonne comédie musicale digne de ce nom.

Dans Oliver Twist Le Musical, les quinze comédiens et les sept musiciens déploient une énergie à tout rompre pour faire vivre le monde de bandits manipulateurs dans lequel évolue Oliver. Des bandits sans père ni mère qui chantent et qui dansent autour d’un jeune garçon perdu, voici la réalité tout à la fois fantaisiste et sombre dans laquelle cette nouvelle comédie musicale nous fait entrer. Les artistes nous offrent de très beaux moments de chorégraphie, vivants et énergiques. Ainsi que de très beaux moments de musique.

Mais c’est justement parce que cette comédie musicale est réussie qu’elle semble placée sous le signe du « pas assez ». Pas assez de musique, pas assez de danse. Un comble pour une comédie musicale. Mais en effet, si les moments de chorégraphies que les comédiens nous offrent sont géniaux et ne souffrent d’aucune timidité, ils ne sont que des moments trop peu nombreux. En outre, Oliver Twist est un musical qui ne donne pas à la musique la place qu’elle devrait avoir. L’intrigue est centrale et la musique y est imbriquée, prisonnière et incapable de prendre son envol. Une chanson seulement sort véritablement du lot, les autres ne semblent pas se suffirent à elles-mêmes. Oliver Twist est semble-t-il une très belle pièce de théâtre, mais elle aurait pu être encore plus que cela. Elle aurait pu être une comédie véritablement musicale, et alors les spectateurs en seraient sortis avec de la musique plein la tête et des airs à chantonner. On aurait pourtant tellement aimé entendre davantage la belle voix – dont on espère qu’elle sera révélée – , limpide et claire, du jeune Nicolas Motet, et que sa chanson « Ce qu’il faut faire » ne fasse pas exception. Mais le regret du pas assez est celui qui dit le mieux la réussite d’un spectacle : c’est qu’on n’en a jamais assez.

Car le principe même d’une comédie musicale est de faire passer un bon moment, d’être un remontant contre la mauvaise humeur et les rides. Et c’est ce qu’ont réussi à faire le compositeur Shay Alon, l’auteur Christopher Delarue et le metteur en scène Ladislas Chollat dans Oliver Twist Le Musical, en renouant enfin avec la qualité de celles qui l’ont précédé.

Oliver Twist Le Musical
Salle Gaveau à Paris
Du 23 septembre au 31 octobre
Toutes les infos ici.

Visuel : © Affiche et photos officielles du spectacle

Infos pratiques

Musée d’Art Moderne – Paris
Artémis Estimations
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *