Cirque
Terces de Le Guillerm ou quand la physique fait son numéro

Terces de Le Guillerm ou quand la physique fait son numéro

25 juin 2022 | PAR Thomas Cepitelli

Le circassien convoque ici le riche imaginaire des entresorts forains où dialoguent magie et propriétés physiques. Surprenant et irrésistible ! 

Le bois, le fer, le papier : matières magiques 

Sur l’écrin de sa piste octogonale Le Guillerm se mue en Docteur Miracle. Des machines prennent vie devant nous, se meuvent comme par enchantement. Chaque numéro est, c’est selon, un tour de magie ou un tour de force. S’asseoir entre deux piles de livres et en faire une destrier, donner vie à une forme projetée sur un écran blanc pour en faire un animé érotique, se faire courser par une machine remplie de billes….

Alors oui bien sûr, on sait qu’il y a un « truc ». Oui on tente de se rappeler de ses cours de physique sur le mouvement, sur l’inertie. Bien sûr. Mais tout ceci finit par nous échapper et l’on est, comme des enfants, comme les spectateurs du Boulevard du Crime au XIXème, dupés peut-être mais surtout embarqués et émerveillés. 

Et l’on rit, beaucoup, dans ce nouvel opus. Si le maitre de cérémonie joue de son image d’homme sans sourires, il n’est pas dénué d’humour. Alors que l’on attend de lui la construction de machines, des prouesses techniques, il prend, au tout début du spectacle, une feuille de papier blanc. Il en fait un avion, pense-t-on naïvement. Mais non, c’est un oiseau, la colombe blanche des prestidigitateurs. Il la pose sur son poignet blanc et lui intime l’ordre de sauter sur le gauche. Ce petit geste si simple, amusant et poétique, est la clé d’entrée de Terces. Comment donner vie à la matière par quelques pliages et beaucoup de talent. 

Du pouvoir émotionnel des poutres de bois

Comme à son habitude, on se souvient de l’extraordinaire Secrets dont le titre même du spectacle ici est l’inversion, Le Guillerm joue avec les lois de l’attraction. L’avant-dernier numéro est un parfait exemple de la réussite du spectacle. Par la seule force des lois de la physique Le Guillerm construit sous nos yeux une gigantesque forme à l’aide de plusieurs dizaines de poutres de bois blanc, sans attache, sans liens. La structure prend forme et vie sous nos yeux. Le soir où nous assistions au spectacle, « quelque chose » coince, cela ne se passe comme prévu. Seul l’oeil expert de l’artiste voit, sans doute aussi celui de ses valets de piste. Et alors le public, jusque là si silencieux, se fait plus disert, chuchote, commente. Il entre en lien affectif avec cet architecte-alchimiste qu’est Le Guillerm. La charge émotionnelle dans la salle serait la même s’il s’agissait d’un numéro de dressage de fauves ou d’un saut périlleux sans filet à dix mètres du sol. Le temps s’étire mais l’ennui ne poindra jamais. Impossible. On est sous le charme du magicien. Et lorsqu’il manipule sa structure, quelques minutes à peine, le public explose de joie, d’admiration, de gratitude. 

C’est au fond là que réside l’immense talent de Le Guillerm : ce défi lancé au temps et à l’attention du spectateur. Il nous force à nous poser, nous « pauser » pourrait-on dire. S’asseoir, attendre, observer des minutes entières, longues mais habitées, pour quelques instants de magie. Se dire que c’est une bénédiction que ces moments partagés et qu’il n’est d’expérience sensible réelle que si, comme le disait Paul Claudel, on sait que « le temps est la chance donnée à tout ce qui sera, d’être, afin de n’être plus ».

Tour à tour magicien, alchimiste, montreur d’images, dompteur de matières, Le Guillerm est sans doute un nos artistes les plus atypiques et les plus talentueux. 

Terces est programmé dans le cadre de Le Mans fait son cirque en collaboration avec la scène nationale les Quiconces-l’Espal. 

Visuel © Philippe Laurençon

Regards du Grand Paris, exposition sur une géographie en formation
Alexander Joël : « Tout devrait se dérouler comme si le chef d’orchestre n’existait pas. »
Thomas Cepitelli

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture