Cirque

Gag ou pas gag : les Chiche Capon à l’Apollo Théâtre

Gag ou pas gag : les Chiche Capon à l’Apollo Théâtre

02 novembre 2015 | PAR La Rédaction

Après avoir commis leurs frasques sur la scène de l’Européen, la folle bande de clowns débarque à l’Apollo Théâtre avec un spectacle dédié à la musique. Entre parodie burlesque et ridicule poussé à l’extrême, ce bigbang théâtral est loin d’atteindre l’harmonie.

Dès les premières minutes du spectacle, la discorde règne : derrière le rideau, les quatre comédiens se chamaillent, s’imitent, et menacent même d’annuler la première partie. L’annulation aura d’ailleurs bel et bien lieu, mais une fois la première partie achevée… Le ton est donc posé : avec ces quatre énergumènes, il faut s’attendre à tout et toute tentative de se raccrocher à un fil s’avèrera vaine. On comprend très vite, en effet, que le La 432, fréquence de résonnance de l’univers, note de référence à laquelle tous les musiciens s’accordent, est un fil rouge bien éphémère, que l’on perd très vite, puisque de musique il sera très peu question. Rien de très surprenant en même temps lorsque l’on apprend, de l’aveu même des acteurs, que leur talent musical est très « limité ».

En lieu et place de l’harmonie promise, les Chiche Capon alias Fred Blin, Patrick de Valette, Mathieu Pillard et Ricardo Lo Guidice, orchestrent un joyeux désordre. Les sketch s’enchaînent, les gags se succèdent, les costumes s’enfilent ou se désenfilent, l’une des scènes mythiques du spectacle laissant le grand nigaud et souffre douleur de la bande traverser la salle complètement nu, une planche à roulette en guise de cache-sexe.  L’humour et le ridicule des Chiche Capon ne tolèrent aucune limite ; leur incarnation de personnages, tous plus fantasques les uns que les autres, frôle l’extrême, à tel point même qu’ils oublient parfois d’en sortir et se ruent dans la salle pour asséner de coups les spectateurs, de préférence les plus jeunes d’entre eux.

Un public averti en valant deux, pour un spectacle des Chiche Capon le lâcher prise est de rigueur ! Aussi, pour apprécier le show et rire à gorge déployée, comme certains dans la salle ce soir-là, il est conseillé de ne pas vouloir trop réfléchir, au risque sinon de trouver le temps long entre deux sourires esquissés. Il y a, cependant, un point sur lequel l’ensemble des spectateurs pourra s’accorder : les Chiche Capon sont de véritables clowns. Libre à chacun de l’entendre dans le sens qu’il voudra…

Visuel : ©Yann Ohran

Apollo Théâtre Paris
18 Rue du Faubourg du Temple, 75011 Paris
01 43 38 23 26

Marianne Fougère

Macbeth (The Notes) de Dan Jemmett : « Du cul, du cul, du cul… ! »
[Chronique] « Départ » de Vivian Roost : l’invitation au voyage d’un pianiste d’hier et d’aujourd’hui
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *