Spectacles

Benjamin Verdonck nous chuchote sa chansonnette pour Gigi

Benjamin Verdonck nous chuchote sa chansonnette pour Gigi

14 février 2019 | PAR Lou Baudillon

Hier soir au Théâtre de la Bastille, l’artiste multiforme Benjamin Verdonck nous chuchotait sa Chansonnette pour Gigi accompagné de son théâtre d’ombres abstraites et de mélodies hypnotiques.    

 

Benjamin Verdonck est un artiste protéiforme. Ses créations d’auteur, plasticien, de metteur en scène et d’acteur ainsi que de manipulateur d’objets enveloppent le spectateur dans un univers très personnel et onirique. Au Théâtre de la Bastille, l’artiste est invité à présenter quatre de ses travaux jusqu’au 17 février. Le principal d’entre eux, Chansonnette pour Gigi s’y joue tous les soirs

Au centre d’une scène dépouillée, on se retrouve emporté pour 45 minutes de face à face avec une installation étrange, sorte de Kamishibai (Théâtre d’ombre japonais) géant dont Benjamin Verdonck tire les ficelles afin de lever ou d’abaisser les panneaux de bois qui le constitue. Par les jeux d’ombres et de lumières, les enlacements des morceaux de cette mécanique organique créent pour notre regard des espaces hors du temps aux allures de tableaux abstraits. À cela se mêle la musique d’un blues joué par deux musiciens et qui frôle le psychédélique par des envolées électroniques. C’est une autre dimension à laquelle on se retrouve convié. Il nous suffit alors de se laisser aller à écouter la voix fragile de l’artiste, souvent caché dans l’ombre de sa boîte, nous faisant part de sa vie quotidienne. L’homme orchestre s’adresse à lui même et à son public en même temps, et accompagne la danse délicate de son objet par des anecdotes tout droit sorties dans ses souvenirs. Les histoires intimes comptées, chantées ou même chuchotées oscillent entre humour, conscience sociale et interrogation face à la fausse simplicité de ce qui fait le quotidien. 

L’obscurité de la boite manipulée se parsème parfois de projections rouges ou jaunes, de géométrie de lumière et d’étoiles scintillantes. À cette abstraction des formes, les anecdotes quotidiennes nous font nous souvenir que la vérité se trouve parfois dans un ailleurs poétique. Un peu comme l’évoque la chanson Our House de Crosby, Stills, Nash and Young que Verdonck et les musiciens nous chantonnent à la fin du spectacle. 

 

 

Chansonnette pour Gigi est à découvrir tous les soirs, du 13 au 17 février au Théâtre de la Bastille. Toutes les informations et les résa à retrouver ici

 

Visuel : Chansonnette pour Gigi ©LB © Kurt Van der Elst. Théâtre de la Bastille

Infos pratiques

A la folie théâtre
Théâtre Italique
theatre_de_la_bastille

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *