Spectacles
[Avignon Off] Les pièces à voir au Festival Off d’Avignon

[Avignon Off] Les pièces à voir au Festival Off d’Avignon

22 juillet 2013 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Quels sont les spectacles à voir au Off cette année ? Alors que le Off se prolongera 5 jours après l’arrêt du Festival d’Avignon, nous vous traçons une route dans la jungle des 1258 spectacles.

Grande nouveauté : Les spectateurs possesseurs de la carte adhérent public OFF vont pouvoir pour la première fois voter en ligne pour les « PRIX DU PUBLIC DU OFF 2013 » sur le site www.avignonleoff.com du 19 au 26 juillet. Alors, piochez dans notre sélection et soutenez la compagnie de votre choix !

Yves Noël Genod investit chaque jour un lieu différent, pour une lecture du deuxième chapitre de La Confession d’un enfant du siècle, d’Alfred de Musset (durée 3/4 d’heure). Réservations par sms au 06 84 60 94 58 (jauge très limitée). Mardi 23, 16h, R-V dans le salon jardin de l’hôtel de La Mirande, place de La Mirande. Mercredi 24, 19h, R-V au 10, rue de la Croix (presque en face de La Condition des soies)… une ultime serait proposée au château de Montfrin à 21h, le 25, ça vous dirait ? (Dire si intéressés…)

 

 

 

 

 

 

Chaque année, le Festival OFF d’Avignon abrite quelques pépites, nous sommes tombés sur une très belle surprise : Hamlet 60 ! Au Petit Louvre à 13h05.

Italie-Bresil 3 à 2 : on adore la foutraque » href= »http://toutelaculture.com/spectacles/theatre/villa-olga-labsurde-se-fait-drole-a-villeneuve-en-scene/ » target= »_blank »> compagnie Tandaim, alors, on est allés mater le foot avec elle, à la Manufacture, à 18h35.

Encore à  la Manufacture, à 17h10, Nés Poumon Noir de Mochélan, un énorme coup de cœur pour ce spectacle coup de poing et élégant.

Toujours à la Manufacture, Kok Batay de Sergio Grondin qui nous emmène dans les affres de la filiation à 12h25.

Quand la nuit tombe n’en est pas à son premier Avignon. Déjà en 2012, la presse était unanime… Intrigués et adeptes des textes de l’auteur Daniel Keene, nous sommes allés voir par nous-mêmes le travail du Théâtre du Détour. Dans le petit ilot qui abrite l’Espace Roseau au cœur de la ville, la compagnie persiste et signe, à 14h45.

Le metteur en scène Ahmed Madani présente cette année au OFF d’Avignon une « performance spectacle » intitulée Illuminations(s). Le spectacle est le premier volet du cycle « Face à leur destin » que le dramaturge va diriger jusqu’en 2016, une aventure artistique menée avec les jeunes habitants des quartiers populaires. Une épopée éblouissante qui fait salle comble tous les soirs !

L’écume des jours  : Vous ne pouvez plus en souper de l’Écume des Jours depuis que Gondry s’en est emparé ? C’est un tort, car au théâtre Clavel, la jeune compagnie Charles et Stone en offre une version très fraîche, aux accents jazz bienvenus. Une adaptation belle et juste. A 15h40 au Grand Pavois.

Entrez et fermez la porte : A l’heure où la Télé Réalité se gorge de concours en tout genre, Marie (Raphaële) Billetdoux fait passer un casting de cinéma au théâtre. Entrez et fermez la porte, c’est Jacques Higelin qui vous reçoit au Théâtre du Petit Chien à 15h45.

Le mot « progrès dans la bouche de ma mère sonnait terriblement faux » Coup de cœur pour ce spectacle mis en scène par Henri Dalem au Théâtre des Lucioles à 13h30. Le mot « progrès » dans la bouche de ma mère sonnait terriblement faux est une pièce de l’excellent auteur roumain Matéi Visniec.

Lune Air : Découvert en 2007 grâce à son spectacle « Imagine-toi », Julien Cottereau obtient le molière de la révélation masculine cette année-là, avant de recevoir le prix SACD du Nouveau Talent one-man show en 2008. Après un succès phénoménal et une tournée internationale, il revient avec une nouvelle création : « Lune Air », qu’il a joué jusqu’au 2 juin à l’IVT avant de partir un mois à Avignon au théâtre de la Luna. Un conseil : Courez-y avant que le bouche à oreille ne se fasse et qu’il affiche complet ! C’est à La Luna à 16h20.

1974, Kinshasa, Zaire. Le combat du siècle oppose le champion en titre, le « nègre blanc » de l’Amérique Georges Foreman à Mohamed Ali, « The Greatest », en retour d’exil. Loin de la boxe spectacle à la Rocky Balboa, c’est avec émotion que Nicolas Bonneau partage sa passion, 20h55 jusqu’au 28 juillet, au théâtre du Girasole.

Shakespeare’s Wild Sisters group – Absente : rendez-vous avec Sophie Calle : Coup de cœur pour ce spectacle à hauteur de ce que le Festival d’Avignon propose. Cette Absente aurait tout à fait sa place dans le cadre d’un Sujet à Vif, mais pour le moment, c’est au Off qu’il se déguste, à la Condition des soies, à 17h55.

Les eaux lourdes: Coup de cœur également pour ce texte inédit de Christian Siméon, auteur du superbe Cabaret des hommes perdus. Les eaux lourdes  nous amènent dans le surgissement de la mémoire française, dans la folie d’une passion amoureuse.

Philippe Droguet, un artiste à fleur de peau
Les fondations de la « Refondation de l’école » posées
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture