Musique
C’est quoi l’électro? La réponse par Xavier Duquesne-Dj et producteur du label Nû Records

C’est quoi l’électro? La réponse par Xavier Duquesne-Dj et producteur du label Nû Records

29 mars 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Xavier Duquesne est à la tête du label électro Nû Records, le reste du temps, il est Birdy, un DJ volontairement inclassable qui regarde tout de même plus du côté de la techno et de la house pour ouvrir nos oreilles. Nous l’avons rencontré à Bastille , l’occasion pour nous de revenir sur ce genre musical éclectique que recouvre le vocable « électro ».

 

Tu es DJ et producteur , sous quels noms exerces-tu ?
Birdy est mon nom d’artiste, en tant que producteur pour le label Nû Record, je travaille sous mon nom civil, Xavier Duquesne.
Que regroupe le terme « musique électro » ?
Tout commence avec la techno, un son plutôt dur et binaire. A partir de ce style, les artistes en ont créé d’autres : la house, la trans hardcore ,dub ou encore la drumb and bass…
Aujourd’hui, la tendance est, au sein des courants , d’ajouter une touche personnelle. Cela donne des noms à rallonge vides de sens. Je dirais que les styles principaux persistent.
Comment sont définis les styles ?
C’est une relation au ryhtme. La techno se joue autour de 130-140 Bpm la house 125-130, la trans 160. Aujourd’hui ,tout s’est mélangé, s’est nivelé au même bpm 125/135.
C’est aussi une question d’oreille, la techno est plus terrienne, la house « groovy », la trans planante avec beaucoup d’effets. Tout a tendance à se mélanger, de plus en plus les producteurs peuvent créer à la maison, cela est plus accessible. Dans les années 90, une étude a recensé les styles, on en comptait plus de 1000 , ça ne veut plus rien dire, mais le public cherche à catégoriser .
Et toi, tu te catégorises ?
Non , j’aime beaucoup de choses, la techno et la house notamment, j’ai commencé à Detroit , avec Underground résistance en 1989. Je suis arrivé en France dans les années Garnier, j’ai fait beaucoup de free party. J’aime mélanger ces univers différents. Je ne veux pas choisir un style particulier car je n’ai pas envie de créer des mix linéaires. J’ai Garnier comme référence car il est éclectique.
Kama & Mac Gregor – Shine (Faskil & Birdy Connected Remix)[Pumpz Recordings] by Birdyconnected

Tu parles de Garnier , il a joué à Pleyel, témoin de l’ institutionalisation de la techno. Que penses tu de cette évolution ?
C’est très agréable, cela permet un élargissement du public, plus enclin à assister à un concert dans un lieu confortable à l’acoustique impeccable plutôt que dans un champ. Je suis heureux de cette démocratisation. Je suis heureux que l’électronique soit un instrument à part entière comme les autres.
Tu es producteur de musique au sein du label, Nû Record, quels sont les artistes que tu « pousses » ?
J’écoute beaucoup de choses, des artistes nous envoient leurs morceaux. Nous venons de lancer TEho un artiste de 20 ans, qui vient de faire son premier live à Festi Pop. Il jouera à Paris le 19 juin à l’OPA.

NU006 – tEho – Enigmatic EP by Nû Records

Comment marche la production de musique électro ?
Le label sert à produire les disques des artistes, mais les disques ne permettent pas de gagner de l’argent, à moins d’être licencié sur un gros label. Le label est une carte de visite pour faire un live, qui sera plus payé qu’un dj set.
L’objectif de Nû Record est de permettre aux artistes de vivre de leur art. C’est difficile, mais cela permet de garder une ligne artistique.
Des sorties pour la boite à sorties ?
Les incontournables ! le Rex, le Batofar, le Glazart qui a une belle programmation underground, le Nouveau Casino à la bonne acoustique, Djoon également, en revanche, je déconseille le social club qui a une programmation hésitante.
Il y a aussi des soirées itinérantes, que l’on retrouve au Barramundi, je pense aux organisateurs Jett qui ont un choix artistique osé, et qui font de superbes soirées.
Comment savoir où sortir ?
L’accès à l’information est difficile, même si aujourd’hui la musique électronique passe partout, on entend surtout des choses lissées. Pour accéder à des lives et des artistes confirmés, Il faut se renseigner. Le meilleur moyen est de rentrer dans un courant musical, une faune ou un lieu, et ensuite suivre les soirées qui gravitent.
Cela reste une musique qui se mérite alors ?
Oui, comme toutes les musiques, j’ai commencé par écouter la radio et ensuite j’ai ouvert mes oreilles !
Quels sont les prochaines dates de ton collectif, les Screamming Loulous et tes dates en tant que Birdy ?
Je suis beaucoup pris par le collectif, mais après 2 ans de totale immersion, je fais des choses seul, je joue au Be There, sur l’ile de la Cité, le 10 juin, accompagné de l’artiste belge Faskil. Egalement le 24 aux côtés de Nûgen la fondatrice du label Nû-Records.
Entre les deux , une soirée dans un club éléctro de Bastille, l’OPA, le 19 juin, où je partagerai les platines avec Teho et Niko Soukov.
Reverence by nikosoukov

Infos pratiques

Gagnez 3×2 places pour la cérémonie des Qwartz7 le 1er Avril
Playlist Electro : du sang pour les oreilles
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

9 thoughts on “C’est quoi l’électro? La réponse par Xavier Duquesne-Dj et producteur du label Nû Records”

Commentaire(s)

  • CluBber33

    Il y a quand des définitions musicologiques beaucoup plus précises que cela pour les trois grands styles Electro, Techno, House

    juin 15, 2010 at 17 h 39 min
  • Amelie Blaustein Niddam

    Je ne sais pas si votre commentaire est une question ou une reflexion, dans le doute, effectivement, il existe des ouvrages tout à fait pointu sur la question.
    Si vous désirez en savoir plus, vous pouvez vous referer à :
    Peter Shapiro, Rob Young, Simon Reynolds, Kodwo Eshun, Modulations : Une histoire de la musique électronique, Éditions Allia, Paris, 2004.

    merci beaucoup de l’attention que vous portez à La boite à sorties.

    juin 15, 2010 at 17 h 50 min
  • CluBber33

    c’etait juste une reflexion en passant. Comme je m’intéresse au sujet et que j’ai l’impression que c’est le flou le plus total concernant ces definitions pour les gens je me suis dit que peut etre il y aurait des reponses ici.

    juin 16, 2010 at 10 h 06 min
  • amelie blaustein niddam

    C’est aussi pour cela que nous avons voulu interroger un artiste, et , ce que dit bien la rencontre,c’est ce flou auquel s’ajoute la nivelation.
    effectivement, il est impossible de donner des réponses plus précise que des critères techniques ( nombre de Bpm) et artistique.
    à bientôt!

    juin 16, 2010 at 10 h 28 min
  • Bonjour,

    Il est en effet difficile de définir ces styles car encore une fois, tout se mélange aujourd’hui et il est difficile de définir telle ou telle composition. Ce n’est pas le travail de l’artiste, mais bien du critique ou de l’observateur.
    Je me suis moi même enfermé dans un style, la techno, pensant que seul ce dernier me convenait, avant de découvrir (toujours grâce à tel ou tel Dj) qu’il pouvait y avoir du bon partout, tout dépend de la manière avec laquelle un morceau est amené.

    Bref, il est important de toujours garder une oreille et un esprit ouvert, car c’est ainsi que l’on s’enrichit et qu’on peut faire son chemin dans ce méandre auditif.

    Je vous renvoie à l’excellent ouvrage de Guillaume Kosmicki intitulé « Musiques Electroniques, des avant-gardes aux dances floors » publié aux éditions « Le mot et le reste » en 2009.

    Né en 1974, musicologue et spécialiste des musiques électroniques, il apporte une vision clair, explicite et actuelle de l’évolution de la musique électronique et de l’avènement du deejaying.

    A bientôt!
    Xavier

    juin 18, 2010 at 11 h 15 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *