World

Une fête de la musique hébraïque avec Sofia Falkovitch et Jasko Ramic à la Mairie du 4e

Une fête de la musique hébraïque avec Sofia Falkovitch et Jasko Ramic à la Mairie du 4e

23 juin 2019 | PAR Yaël Hirsch

Dans le cadre du Festival des cultures juives qui se termine ce dimanche 23 juin, la mezzo-soprano Sofia Falkovitch et l’accordéoniste Jasko Ramic proposaient à la Marie du 4e un concert pre-shabbatique et inaugural de la fête de la musique ce vendredi 21 juin à 16 heures : au programme, tendresse, hébreu, yiddish, joie, recueillement et deuil.

Seule femme Cantor de France, la mezzo soprano d’origine russe Sofia Falkovitch a étudié  l’art cantorial à la School of Sacred Music de l’Hebrew Union College de Jérusalem et au Abraham Geiger Kolleg de Berlin. Ce vendredi de fête de la musique, elle était accompagnée par le tzigane serbe Jasko Ramic, maître de son art et formé en partie par la musique traditionnelle de son pays et par le conservatoire de Moscou.

La salle est pleine dans la mairie du 4e ensoleillée par toutes ses fenêtres. Tandis que l’accordéoniste Jasko Ramic est déjà sur scène, dans une longue robe mauve, Sofia Falkovitch entre en chantant « Yahasse Shalom » repris en chœur par l’assemblée assez nombreuse. Puis c’est au tour du psaume 92 puis de « Eli, Eli », chant yiddish de l’espoir

Nous rappelant aux « grandes fêtes », à cappella, la mezzo soprano nous a interprété le Cantique des Cantiques avec concentration. Puis la « Avinou Malkenou ».

Reprise de l’accordéon pour un très profond « Mi Aish », un psaume célèbre sur la nature de l’homme. Le yiddish prenant ensuite toute sa place, « Spil mir noh a mol » ou la fameuse « yiddishe mamme » étaient au programme de cette partie de concert très émouvante.

On repasse à l’hébreu avec l’entraînant « Hine yatov » battu en rythme par le public et où les lenteurs et les notes montent de manière enivrante.

Puis Sofia Falkovitch chante « Yerushalaim shel zahav » en hébreu et en russe, dans une traduction d’amis poètes.

La chanteuse a fini ce joli concert par un hymne d’entrée de Shabbat : « Sim Shalom ».

Un concert à la fois spirituel et plein de mémoire qui nous a profondément recueilli avant d’entrer soit dans le temps du Shabbat, soit dans la fureur d’une fête de la musique tous azimuts.

visuel : YH

Madame Favart, ou la verve à la source
Solidays, le festival engagé
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *