World

Rencontre avec un « nouveau romantique »: Joshua Lawrence

Rencontre avec un « nouveau romantique »: Joshua Lawrence

26 mars 2018 | PAR Kevin Sonsa-Kini

Joshua Lawrence sera sur la scène de l’Archipel de Paris le mercredi 30 mai prochain où il présentera son nouvel EP dans lequel figure la chanson « Transforme-moi ». Après ses trois précédents albums « Qui es-tu ? » en 2010, « A Deux Faces » en 2014 et « Les Démons du Temps » en 2016, Joshua Lawrence revient avec un EP moins grave et plus sincère dans lequel il fait l’éloge de l’instant présent. Rencontre avec un artiste transformé par la musique et l’amour dont la voix rappelle celle d’un unique Michel Berger. Interview réalisée au Café Clochette de Paris.

Votre single s’appelle « Transforme moi », pouvez-vous me raconter l’histoire de cette chanson ?
C’est l’histoire d’un homme qui se laisse transporter par ses désirs, ses sentiments et qui voit un couple dans un café. Il fantasme sur ce couple et on ne sait pas si il veut être lui ou si il veut être elle. C’est d’ailleurs ici que l’on a tourné une partie du clip avec deux comédiens: Khelil et Maou Marie.
Pourquoi avoir tourné le clip ici au café Clochette ? 
C’est assez personnel. C’est mon bar fétiche. D’ailleurs moi j’habite pas loin d’ici.
Qui sont les personnes qui figurent dans le clip ?
Il y a Khelil un serveur qui est un ami et aussi un comédien et Maou Marie qui est comédienne professionnelle.
Qui sont ceux qui ont contribué aux arrangements et à la réalisation ?
Pour les arrangements c’est Gilles Clément qui est guitariste notamment de Liane Foly. Le réalisateur des clips c’est Cyrille Gallais  réalisateur et chanteur. Il y a aussi Mael Aguessy.


Vous allez sortir un EP au mois de mai. De quoi parle cet EP ?
Cet EP parle de musique, d’amour. L’idée c’est d’être transformé par des choses nouvelles qui arrivent. Il faut vivre l’instant présent. Il faut profiter de chaque instant. Chaque émotion est différence à vivre. La joie est là et puis immédiatement le chagrin surgit. Il faut faire avec. Cet EP raconte le caractère éphémère des instants d’une vie.
Combien de titres ?
8 titres avec 7 titres inédits. Je suis auteur, compositeur donc je compose et j’écris les titres. Il y a donc 7 titres et 1 titre en hommage à France Gall car j’ai voulu rendre hommage à une femme qui pour moi incarne une image de la femme artiste et un être d’exception avec une grande force de caractère.
C’est la mort de France Gall qui vous a donné envie de lui rendre hommage ?
Non parce que j’avais déjà décidé de reprendre une chanson de France Gall. On me dit tout le temps que j’ai la voix de Michel Berger (rires). Il fallait que je fasse quelque chose sur France Gall et Michel Berger. Pour moi c’était un couple à la ville comme à la scène. C’est un couple mythique de la chanson française et moi j’ai beaucoup fantasmé sur ce couple là. Je sublimais leur image en tant qu’homme, chanteur et artiste. Et je me suis dit que j’allais reprendre une chanson de France Gall.
Vous chantez en duo ou avec d’autres chanteurs dans cet EP ?
L’EP n’est pas encore terminé mais là je recherche un duo avec soit un rappeur, soit un slameur soit une chanteuse bref je ne peux pas en dire plus. Mais il y aura peut-être un duo dans cet album. En revanche dans mon concert du 30 mai à l’Archipel il y aura des duos !
C’est quoi le style de musique dans cet EP ?
On a de l’électro. Il y a toujours le piano acoustique, il y aura une rythmique très présente. Il y a de la profondeur au sens où cette musique correspond vraiment à mon état actuel.
Quelles sont vos influences musicales ?
J’aime beaucoup Stromae, Eminem, Véronique Sanson, William Sheller, Eddy De Pretto, Grand-Corps Malade c’est très varié !
Pourquoi avez-vous mis en place un site participatif ?
J’ai mis en place un site participatif sur Leetchi pour demander de l’argent, des participations, de l’aide financière et aussi l’implication de chacun. Ça ne fonctionne pas bien pour l’instant parce que je ne sais pas trop comment il faut faire, je tâtonne un petit peu. Mais en même temps l’EP est en cours mais c’est surtout pour un budget clip. Le visuel est très important.
A quoi va ressembler votre concert du 30 mai à l’Archipel de Paris ?
Il y aura moi déjà ! (rires) Je quitterai souvent le piano pour être en harmonie avec le public. Je me suis aperçu qu’au piano on a tendance à se cacher. On se met dans une bulle. Et quand il y a le public devant on est moins en interaction. Il y aura une boucle électro, un batteur percussionniste qui est le batteur de Patrick Bruel et qui a fait aussi la première partie de Starmania. Il y aura bien sûr mon ami Gilles Clément qui a fait les arrangements de l’album. Ce sera un mélange électro-acoustique et je veux quand-même que de temps en temps le public me retrouve au piano.

Propos recueillis par Kevin Sonsa-Kini

Visuels: Joshua Lawrence

Gagnez 2×2 places pour le concert de Zoé Simpson le 11 avril au Réservoir à Paris
Au 40e festival Cinéma du réel, « Football Infini » laisse ravi
Kevin Sonsa-Kini

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *