World
[Interview] Ayo « la musique est faite pour donner la force, l’espoir, inspirer, guérir. C’est comme une religion »

[Interview] Ayo « la musique est faite pour donner la force, l’espoir, inspirer, guérir. C’est comme une religion »

27 juin 2014 | PAR Marie Charlotte Mallard

Ayo, était ce jeudi sur la scène du Barrière Enghien Jazz Festival. Voguant à travers les styles et les courants, proposant une large et savoureuse palette de couleurs, de la douce et apaisante soul, aux accents country, en passant par des rythmiques chaleureuses de zouk ou des cadences reggae, Ayo nous fera voyager de continents en continents. Généreuse – n’hésitant pas à descendre au milieu du public – elle a partagé avec nous sa vision de la musique.

Il y a dans votre musique beaucoup d’influences, de la folk, du reggae, du rap. Pensez-vous que cette multiculturalité soit due à vos origines métissées, où simplement parce que ne pas rester figée est pour vous une nécessité   ?

Il est évident que cela vient surtout de mon métissage, c’est quelque chose qui est là naturellement. Mais je crois également que c’est parce que n’aime pas les catégories. Je n’aime pas les cases, je n’aime pas être rangée. C’est quelque chose qui crée parfois des problèmes car quand je sors un disque surtout aux Etats unis, on ne sait jamais dans quelle catégorie me mettre, dans quel rayon ranger mes disques. Souvent je me retrouve dans « World Music ». C’est un peu triste qu’on ait besoin de catégoriser, de classer, de mettre des barrières entre les choses.

Pour vous, qu’est-ce que la Soul ? Sa spiritualité s’exprime-t-elle uniquement autour des textes, ou bien est-ce intrinsèque à la musique, au son ?

Pour moi cela vient véritablement et avant tout du son. Les paroles sont très importantes aussi bien sûr, mais dans ma vision je dirais que la soul est un état d’esprit, que cela pourrait aussi rejoindre le rock par exemple. La soul c’est une vibes, c’est tout ce qui vient de l’âme, tout ce qui est honnête, sincère, vrai, qui vient de l’intérieur. Il y a beaucoup de chanteurs de soul qui parlent de choses difficiles, mais qui touchent  l’âme parce que la musique en elle-même nous touche profondément, intérieurement.

Plus on chemine dans vos albums, plus on vous sent engagée, il n’y a plus uniquement des sujets personnels. Je sais que vous appréciez le travail engagé, la musique pour vous doit-elle toujours porter une idée, une philosophie, être comme une sorte de fable ou de conte ?

La musique est spirituelle et il faut l’utiliser dans le bon sens. Elle est faite pour donner aux gens la force, l’espoir, pour inspirer, pour leur permettre de croire. Parfois on écoute la musique, pour se faire du bien, pour s’encourager, pour guérir. Personnellement, la musique c’est une thérapie, c’est quelque chose qui m’aide beaucoup dans ma vie, qui qui m’a guérie. C’est pour cela aussi que j’ai beaucoup de respect. C’est comme une religion, c’est une façon de trouver un salut c’est quelque chose de divin, avec lequel on peut se connecter et qui réunit.

Pensez-vous que chaque style musical impose un style de chanson ?

Non je crois qu’on peut avoir des messages sur des styles différents. Les raisons pour lesquelles je vais rapper sont simplement parce que le rap est plus direct comme dans Fire. On parle sur une rythmique, on délivre quelque chose de plus large et cela fait de nous une sorte de porte-parole.

En terme de jazz, quelles sont tes artistes favoris, ceux qui vous ’inspirent, vous ’influencent ?

Dans le jazz c’est surtout Billy Holiday, Miles Davis, John Coltrane, comme pianiste Robbie Hankock et Chik Corea. Ce que je trouve un peu triste, c’est que le jazz est un genre qui à un moment, a arrêté de grandir. Il n’y a pas, ou peu de nouveaux artistes, j’entends par là de nouveaux créateurs, mais c’est aussi certainement dû au fait qu’il n’y a pas de nouvelles maisons de disque et labels spécialisés et reconnus dans le jazz. Je sais que récemment, une nouvelle maison à ouvert à Paris. C’est quelque chose de bien et j’espère que cela va renouveler la création. Le jazz tourne depuis des années autour de ses classiques. C’est une culture certes, mais c’est comme Lang Lang qui reprend Mozart à sa façon. On ne fait que reprendre, réadapter Billy Holiday, John Coltrane. Il faut créer de nouvelles choses.

Qu’est-ce qui vous a attiré au Barrière Enghien Jazz festival ?  

Je suis contente d’être là car il y a une grande ouverture. Il y a différents styles issus et inspirés du Jazz qui sont représentés. Voir une ville s’emplir de musique tout au long de la journée je trouve cela génial. Quand je regarde l’affiche je suis honorée d’être présente au même titre que George Benson et Richard Bona qui sont de grands musiciens de jazz., au même titre que Jimmy Cliff également! J’adore particulièrement le travail de Richard Bona comme bassiste. Il n’y a que de très bons artistes et c’est vraiment un plaisir.

Vous dites souvent que Ticket to the world est l’album le plus complet, alors comment envisagez-vous le prochain album ?

Je crois que je tenterais peut-être quelque chose de plus acoustique, juste guitare et voix. Mais je suis quelqu’un qui change toujours d’idée. Sinon j’aimerais exploiter mes origines maternelle et un peu gitane. J’ai aussi en projet de faire un disque avec mes chansons reprises avec mes rappeurs préférés du monde entier. Comme je l’ai dit je change souvent d’idée, mais ce sont des projets que je souhaiterais vraiment réaliser.

Toute la programmation on et off du Barrière Enghien Jazz Festival IcI

Visuels: © Pascal Thiébaut – Barrière Enghien Jazz Festival

Infos pratiques

Pan Piper
Solidays
Marie Charlotte Mallard
Titulaire d’un Master II de Littérature Française à la Sorbonne (Paris IV), d’un Prix de Perfectionnement de Hautbois et d’une Médaille d’Or de Musique de Chambre au Conservatoire à Rayonnement Régional de Cergy-Pontoise, Marie-Charlotte Mallard s’exerce pendant deux ans au micro d’IDFM Radio avant de rejoindre la rédaction de Toute la Culture en Janvier 2012. Forte de ses compétences littéraires et de son oreille de musicienne elle écrit principalement en musique classique et littérature. Néanmoins, ses goûts musicaux l’amènent également à écrire sur le rock et la variété.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture