World

Ayo : un authentique moment de partage

Ayo : un authentique moment de partage

25 octobre 2017 | PAR Sarah Dray

Mardi 24 octobre, Ayo a donné au Théâtre des Bouffes du Nord, le premier d’une série de 5 concerts parisiens. De retour sur le devant de la scène avec la sortie de son album éponyme le 6 octobre, elle a touché le public par son énergie positive et son authenticité.

Elle rentre sur scène seule, avec sa guitare. Une robe multicolore, pieds nus, elle nous le dira plus tard, elle souhaite se présenter à nous telle qu’elle est.

Et ce qui semble le mieux représenter ce qu’elle est, c’est sa voix. Cette voix chaude et envoûtante. Cette voix unique et qui se fait l’instrument de sa pensée, puisqu’Ayo écrit ses textes et ses musiques.

Et sa voix, elle en fait ce qu’elle veut, des vibes, des envolées dans les aiguës, elle nous emporte même dans des parties rappées très bien senties. Dans tous les cas, ça groove et ça fait du bien. Dans tous les cas, c’est sincère et vrai.

Pour son retour sur scène après la naissance de son troisième enfant, Ayo a aussi à cœur de faire participer le public. Elle nous fait donc chanter et applaudir tout au long concert. Et surtout, elle nous parle. Elle se raconte entre les chansons, et pendant aussi. Que ce soit en français ou en anglais, tout est bon pour communiquer. Elle est dans un véritable partage avec son public.

Quand elle s’inspire de ce que lui fait ressentir le théâtre pour changer une partie de ce qui était prévue pendant le concert, on voit en elle l’artiste qu’elle est. Une artiste à fleur de peau et habitée, qui peut créer à tout moment. Quitte à déstabiliser ses musiciens, elle est prête à tout réinventer.

D’ailleurs, elle réinvente parfaitement ses plus grands tubes, « Down on my knees », « Slow Slow (Run Run) », « Life is Real »… Elle laisse voir alors toutes ses influences : soul, folk, reggae, toujours avec une musicalité hors du commun.

Elle reprend également la chanson « Sweet dreams » de Eurythmics. Sa version, douce et décalée, touche chacun des spectateurs.

Pour ceux qui aiment les artistes authentiques et sincères, il vous reste encore 4 soirs pour découvrir Ayo au Théâtre des Bouffes du Nord. S’en suivra une tournée en province, en Belgique et en Suisse.

Visuel : Sarah Dray

Infos pratiques

« Au revoir là-haut » d’Albert Dupontel : Der des der sans fard
Le festival F.A.M.E fête l’union de la musique et du cinéma en novembre
Sarah Dray

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *