Musique
« Who » : le 12eme album des Who, une belle réussite rock !

« Who » : le 12eme album des Who, une belle réussite rock !

07 janvier 2020 | PAR Jean-Christophe Mary

 

Pour tout amateur de rock, la  sortie d’un album des Who est en soi un événement. Et, quand celui-ci est le premier album studio depuis 2006, on se dit qu’on tient là de quoi alimenter une chronique de poids.

Avec ce 12eme album studio, Roger Daltrey et Pete Townshend perpétuent une légende de plus de cinquante ans sans leurs compères disparus Keith Moon et John Entwistle. Si les moulinets de micro et de guitare ne se déploient plus avec la même vivacité que dans les 70s, ces nouvelles chansons demeurent suffisamment riche pour qu’on aille les célébrer dans ce nouvel album aux allures de best of.

Les Who c’est ce savant mélange de finesse et de légèreté dans les mélodies et les harmonies, mais aussi cette puissance sonore, cette sauvagerie rock’n’roll sur scène. Depuis le milieu des 60’s, les talents de compositeur de Pete Townshend ne sont plus à démontrer. L’idée de ce nouvel album lui en venue quand le groupe jouait aux USA en 2018. Depuis son opération des cordes vocales, Roger Daltrey a certes perdu quelques notes dans les aigües mais la voix est toujours riche, vigoureuse, pleine de profondeur. C’est particulièrement le cas dès le premier titre, le puissant « All This Music Must Fade » chanté avec passion et dévotion ou ce fougueux « Ball and Chain » qui évoque le camp de Guantánamo. Sur les titres suivants « I Don’t Wanna Get Wise », « Detour » une ode au passé ou « Street song » inspirée par l’incendie des tours Grenfell à Londres de juillet 2017, on retient le punch d’un Pete Townshend, littéralement boosté par une énergie juvénile. Son jeu de guitare résonne toujours de manière vive et féroce. Si le batteur Keith Moon (1946-1978)  et le bassiste John Entwistle (1944-2002) sont difficilement remplaçables dans la tête des fans, la section rythmique est plutôt bien assurée par le batteur Zak Starkey (fils de Ringo Satr) et le bassiste Pino Palladino (ex-Tears For Fears) . En final, les deux jolie ballades « I’ll Be Back » et « She Rocked My World » mettent l’auditeur à genoux par la finesse des arrangements. Si l’apogée des Who reste la période des années 1960 -1970 avec des chef d’œuvre légendaires tels Tommy (1969), Who’s Next (1971) ou Quadrophenia (1973), ce nouvel album montre que ces vétérans du rock ont encore de beaux restes. Les fans eux sont aux anges.

Jean-Christophe Mary

Titres :

  1. 1. All This Music Must Fade
  2. Ball and Chain
  3. I Don’t Wanna Get Wise
  4. Detour
  5. Beads on One String
  6. Hero Ground Zero
  7. Street Song
  8. I’ll Be Back
  9. Break the News
  10. Rockin’ in Rage
  11. She Rocked My World

Titres bonus de l’édition de luxe

  1. This Gun Will Misfire
  2. Got Nothing to Prove
  3. Danny and My Ponies

 

Ouverture du procès Weinstein : volet pénal du mouvement #MeToo
Interview de Julien Lestel et Alexandra Cardinale pour la présentation en avant-première de « Dream », un spectacle onirique polysensoriel.
Jean-Christophe Mary

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *