Musique

We Love Green, voyage autour du monde

We Love Green, voyage autour du monde

03 juin 2019 | PAR Donia Ismail

Fort de ses précédentes éditions, le festival éco-responsable revient à Paris. Entre conférences et concerts, We Love Green est devenu l’un des événements incontournables en France. Avec sa programmation hétéroclite, il permet un voyage de deux jours autour du monde. Toute La Culture vous y emmène.

Soleil et musiques au Bois de Vincennes, ce dimanche 2 juin ne pouvait pas ainsi mieux se dérouler! Hier sonnait le deuxième et dernier jour du festival We Love Green. Pour cette troisième édition, le festival éco-responsable a mis la barre très haut, avec une programmation éclectique de folie et nouvelles initiatives environnementales. Mais le festival propose surtout un voyage autour du monde, tant les styles de musique et origines des artistes sont divers. Toute La Culture y était et vous présente ses trois coups de cœur qui marqueront votre été!

Lolo Zouaï, énergétique

L’année dernière, cette franco-américaine d’origine algérienne se produisait sur la scène du think thank de We Love Green « devant personne » ironise-t-elle. Aujourd’hui, elle a la Canopée pour elle toute seule. Au fond de la scène, s’illuminent des néons. On peut y lire « High Highs to Low Lows », le nom de son premier album et du titre qui l’a fit découvrir au monde entier. Énergétiques, à l’image de la chanteuse, et follement entêtants, ses morceaux s’enchainent sans que l’on veuille que cela s’arrête. Au fur et à mesure, des festivaliers, comme attirés par sa voix douce qui caresserait un corps, s’amassent aux abords de la scène. Le public reprend en coeur les hymnes en franglais de Lolo Zouaï et fait trembler le Bois de Vincennes. On retiendra « Desert Rose », doux moment comme suspendu dans le temps.

Kali Uchis, douceur divine

La scène « La Prairie » vous proposait un voyage onirique dans un monde à part entière, à la croisée entre R’n’B, funk et raggaeton. Considérée comme l’une des artistes les plus prometteuses du moment, Kali Uchis a bénéficié d’une ascension plus que méritée la propulsant au rang d’innovatrice dans le monde de la musique. L’Américano-Colombienne a électrifié le public de ses mélodies hallucinogènes, face à un public en feu séduit par le groove de ses tubes.

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

PARIS I CANNOT BELIEVE THIS!!! THANK YOU THANK YOU THANK YOU!!!

Une publication partagée par Lolo Zouaï (@lolozouai) le

Rosalía, la reina

C’est son premier concert à Paris, et quel début que de commencer par un si grand festival ! On se croirait à un rassemblement Erasmus, tant les nationalités européennes se confondent aux abords de la Clairière. Tout ce monde attend de pied ferme la superstar espagnole, Rosalía. Peu avant 20 heures, les écrans au fond de la scène s’agitent. Une armée de danseuses, de blanc vêtues, se positionnent. Celle que tous attendent arrive, et Pienso en tu mira commence. Des claquements de mains et un rythme endiablé, Rosalía incarne le renouveau de la musique espagnole. Avec une folle énergie, elle enivre la foule de ses chansons à la croisée entre flamenco et modernité, créant ainsi un ovni musical d’une rare pureté. L’expérience dure une heure mais semble infinie. La rage et l’énergie du flamenco transparaissent.

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Queen @rosalia.vt killing it ??

Une publication partagée par WE LOVE GREEN Festival (@welovegreen) le

Gagnez 5×2 places pour le festival Seytou Africa
L’agenda de la semaine du 3 juin
Donia Ismail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *