Musique
Une playlist pour finir et recommencer

Une playlist pour finir et recommencer

23 juin 2020 | PAR Antoine Couder

 

Cette semaine Leo Fifty Five, Sarah Rebecca, Marietta, Becky and the Birds et Lou Doillon.

Ne m’en parle pas — Leo Fifty Five

Il y a quelque chose de simple et d’infiniment fun dans cette façon de chalouper entre RnB et Disco House ; ce français dans le texte qu’il faut chevaucher : pas si facile de construire une chanson, c’est une tentative pour tenir, d’entraîner, de convaincre in fine, jusqu’au dernier moment, pour en extraire la magie. On n’y est presque.

 

Paris — Becky and the birds

Plus tape à l’œil cette suedoiserie sucrée pour planer tranquille en ce disant que le monde est beau et parfait. D’ailleurs, la production est d’une précision extrême au point que l’on finit par devenir suspicieux. Tout est si bien charpenté, de la sensation soul presque gospel jusqu’à cette ferveur ésotérique en forme de salut à la grande Kate Bush… on finit par douter.

New World — Sarah Rebecca

Alors, revenons à quelque chose de plus direct, du côté de Madonna (Celebration) pour un clip en forme de GIF mammaire clairement porté par une vibe de club. Blonde blonde blonde, sexy et glacée. On ne va pas se priver.

 Prazepam Street — Marietta

Et puis soudain voilà que quelque chose de bricolé, infiniment exigeant, finit par sortir de terre. Dans cette rue des anxiolytiques que l’on réserve d’ordinaire aux délinquants sexuels, Marietta épouse avec brio les belles noirceurs blanches américaines qui, il y a bien longtemps, nous avaient définitivement convaincus que le rock avait un avenir.

Alexis Alexandra — Lou Doillon

Pour finir, il faut sans doute revenir à Leo Fifty Five, le premier morceau de cette sélection pour se souvenir que c’est difficile et dangereux d’entrer dans une chanson qui existe déjà, une chanson qui vous précède et fait de vous un fantôme, une ombre parmi les ombres. Comme la flamme d’une bougie qui menace sans cesse de s’éteindre, comme le murmure de la voix qui cherche et se trouve parfois.

 

 

Agenda culturel de la semaine du 22 juin
Mort de Joel Schumacher, réalisateur très inégal
Antoine Couder
Antoine Couder est journaliste. Il est l’auteur de « Fantômes de la renommée (Ghosts of Fame) », sélectionnée pour le prix de la Brasserie Barbès 2018. Son travail explore le lien narratif entre document et fiction et plus particulièrement le thème de la musique, entendue au sens de l’écoute et de l’inspiration qu’elle procure. Il prépare actuellement une biographie de Jacques Higelin (Castor Astral, 2020)

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *