Musique

Soirée Serge à la Flèche d’Or le 23 juin 2011!

Soirée Serge à la Flèche d’Or le 23 juin 2011!

08 juin 2011 | PAR Moriane Morellec

Le 23 juin la Flèche d’Or accueillera la soirée Serge qui met à l’honneur ZAZA Fournier, Nicolas Comment, L, Candide, Alf et Guillaume Fedou ! Une soirée pour (re)découvrir la nouvelle scène française !

Serge, magazine qui a pour objet la musique française dans toutes ses formes traitée de manière décalée et iconoclaste, organise le dimanche 23 juin une soirée en l’honneur de jeunes talents de la scène française.

Présentation des artistes:

L


Lorsqu’on lui demande pourquoi la lettre L… « C’est évidemment l’initiale de mon nom, mais pas seulement. C’est aussi, par le seul fruit du hasard, celle des noms de famille de tous mes grands-parents. C’est une lettre présente dans mon prénom et empreinte de féminité. C’est également un roman de Romain Gary, Lady L., une chanson de Babx – compagnon de longue date – et bien d’autres choses encore… ». Manière de dire qu’il peut s’en cacher, des choses, et qu’il peut s’en tramer, des histoires, derrière une simple initiale. Et on ne s’étonne pas, alors, de voir s’épanouir tout un univers sous le titre d’Initiale, son premier album. Un univers couleur crépuscule, pétri des visions et des chimères de son auteur-compositeur, où se mêlent les mirages persistants du réel et les vérités flottantes de l’irréel.

 

ZAZA FOURNIER

Née à Paris, grandie dans l’Oise, étudiante en théâtre, Zaza Fournier, auteur, compositeur, interprète, a étudié le violon avant de s’essayer à l’accordéon à l’âge de 19 ans. Sa carrière de chanteuse commence par hasard : sommée par son professeur de théâtre d’improviser sur un thème bateau mais fondamental (« Qu’est-ce qu’un homme, qu’est-ce qu’une femme ? »), elle lui chante une chanson qu’elle vient de co-écrire pour le plaisir avec sa tante, La vie à deux. Ses complices en musique, Jack Lahana (réalisateur notamment pour Brigitte Fontaine, La Fiancée…) et le multi-instrumentiste Rob (claviériste du groupe Phoenix, auteur de musiques de film, il poursuit aussi un projet solo Dodécalogue…), en font le single de Zaza Fournier, premier album de charme, où Elvis Presley est touché du doigt. Jack Lahana et Rob ont poursuivi l’expérience (réalisation & arrangements), s’appuyant sur les guitares de Nico Bogue et la batterie de Raphaël Seguinier. Elle revient avec un second opus.

CANDIDE

23 ans – auteur – compositeur – interprète – producteur de son premier album, Candide promène ses textes d’une jolie naivité sur fond de mélodies pop cultivées dans les jardins british.

 

 

 

 

 

NICOLAS COMMENT

L’histoire commence à Berlin où, suite à une grève des aiguilleurs du ciel –bloqué dans cet « espace des possibles » malgré lui – Nicolas Comment se décide un beau jour à écrire et composer un premier album. Au retour, la suite est heureuse : Rodolphe Burger lui passe les clefs de son studio pour la réalisation d’une maquette qui voit le jour : un livre-disque diffusé uniquement en librairie et produit sur un coup de coeur par Jean-Louis Piérot (Les Valentins, Daho, Miossec etc.). Les chansons de Nicolas Comment imposent un ressenti qui ira en s’accentuant. La production et les synthés vintages de Marc Collin viennent faire claquer des cravaches pop über-alles (Nous étions Dieu) là où se meut, captif et kamikaze, le corps d’une chanson française réduite à la soumission. « À point, saignante ou bleue » (ouverte), la langue désirée par Nicolas Comment fraie aux arêtes limitrophes de cette mise à sac de la strophe qui, dans une supplique ingénue implore : « Ne me mets pas nue ». Comme dans un film de Bresson, par un jeu de résonances, l’écho d’une direction mélodique, les silences confient alors à l’auditeur le soin de signer le tableau et d’imaginer la scène : un duel au fleuret où les mots et la musique en de parfaits rivaux, nus sur un piédestal, ferraillent à l’aune d’un certain idéal…

GUILLAUME FEDOU

L’apparente maladresse de Guillaume Fedou est un vrai piège a filles. Flirtant nonchalemment avec les sons naïfs et rétros de sa machine infernale, sa voix magnétique à la Murat nous embarque d’amours deçus en nuits blanches solitaires, et alors le gamin à vélo des années 80, le Walkman sur les oreilles, passe soudain à la face B …

 

A.L.F

A.L.F. un trio, plus un demi, un « half » : un sampleur pour les boucles, qui ouvre la voie aux mélanges de références et de sons. Du groove instrumental souvent funky, aux sonorités électro-jazz ou aux accents rock. Des influences jazz, pop, ou reggae, de l’improvisation, mais surtout un son unique…

 

 

 

Visuels: (c) myspace.com, Laflèchedor.fr

Invader 80’s à la Générale Parmentier
La Grande Braderie de la Mode 2011
Moriane Morellec

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *