Musique
Si c’est un Homme, Arno chante la vie (Interview vidéo et Live report)

Si c’est un Homme, Arno chante la vie (Interview vidéo et Live report)

28 novembre 2012 | PAR Bérénice Clerc

Arno, chanteur d’Ostende comme partout accepte de nous recevoir dans sa loge avec simplicité, humour et droiture. Quelques heures avant son concert, du 27 novembre au Café de la Danse, raconté plus bas, sa sérénité et son intelligence brillent avec autant de force que le rock de son spectacle.

Chanteur, auteur, fantaisiste, souvent présenté en France comme un doux dingue à l’image de Brigitte Fontaine, comme elle, son intelligence fait peut-être peur, sa fragilité effraie avec force et la lame de ses textes et de ses musiques tranche les moins sensibles…

Arno voyage dans la musique du monde depuis son plus jeune âge, de scène en scène, de mots en partitions, fidèle à ses musiciens et à son public il arpente les plateaux avec une générosité rare.

Dans sa loge comme à la maison, entre un thé au lait et quelques rires, son accueil est simple, franc jusqu’au fond des yeux il répond aux questions de Toute La Culture avec sa finesse et son humour caractéristique. Trop de mots seraient inutiles, la vidéo parle d’elle-même.

 

Le soir même le Café de la Danse est comble, la chaleur humaine et le bar réchauffent les foules avant le début du concert dont les premières notes résonnent pile à l’heure.

Les musiciens s’installent, le chanteur arrive, le spectacle peut commencer sans fioriture ni faux effet de show non travaillé.

Arno comme en transe  habite la scène, vibre dès les premiers sons, irradie la salle de rock et de joie.

Quelques mots parfois entre les chansons pour se raconter un peu et surtout faire rire les spectateurs en totale extase du début à la fin du concert.

Rares sont les concerts à l’excellence musicale aussi rock’n roll. Les percussions claquent, la guitare tournoie, la basse habile et les mélodies au clavier sont d’une finesse et d’une exigence comme peu de musiciens peuvent  livrer. Les textes d’Arno dessinent le monde, le sculptent avec intelligence, recul, humour et positivisme même aux moments les plus sombres de l’histoire personnelle ou avec le grand H de la collective.

Déchirer le monde, tomber, se relever, aimer, jongler avec la vie, risquer, être déraisonnable, assumer sa liberté, partager la terre, exalter les différences, vibrer de la tête au pied, se savoir mortel, sublimer l’instant présent, ne pas cacher ses failles, Arno prêche pour un public heureux de se sentir en vie.

Quel bonheur de voir des parisiens exaltés, hurler qu’ils sont tous des Européens et c’est vachement bien ! En ces périodes de crise de la pensée, heureux qui comme un spectateur d’Arno fit un beau voyage au pays de la musique et de l’humain.

Si c’est un Homme, Arno chante la vie et entraine une foule en délire sur le chemin du son parfait, des mots simples, de la réflexion et de l’exaltation quotidienne.

Les trois concerts du Café de la danse sont complets, pour voir Arno à Paris RDV le 22 Avril 2013 à l’Olympia ou en tournée dans le monde entier !

 

 

 

Visuels et vidéo (c) : Bérénice Clerc.

Carte blanche à l’Arsenic au Centre Culturel Suisse : Laetitia Dosch et Simone Aughterlony
Steven Cohen : Title Withheld (for legal and ethical reasons)
Bérénice Clerc
Comédienne, cantatrice et auteure des « Recettes Beauté » (YB ÉDITIONS), spécialisée en art contemporain, chanson française et musique classique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *