Musique
Saint-Ouen traversée d’Arts

Saint-Ouen traversée d’Arts

Du 9 au 13 mai 2012, Saint-Ouen se transforme en musée et ses habitants en artistes. Des photographies de Claire Chevrier aux installations sonores de Cécile Le Talec, le programme annonce l’intervention de styles et de techniques artistiques multiples. Ateliers, spectacles, expositions arpenteront la ville de quartier en quartier, faisant de l’art un moyen d’expression accessible à tous.

L’art investit la ville de Saint-Ouen, allant jusqu’à entretenir un rapport de force avec l’habitant. S’il est amené à se balader à sa guise ou suivant obsessionnelement et réellement le fil rouge d’une robe décousue, l’art vient tout autant à lui en occupant son quartier résidentiel. Avançant au rythme d’une danse hip-hop, d’une performance ou d’une projection, c’est bien à une initiation artistique et intellectuelle qu’il est convié, au grès d’un atelier de craie ou d’une conférence d’histoire de l’art sur Le coureur du Château de Saint-Ouen. Enfants comme handicapés sont conviés à l’expérience en une ballade tactile autour de l’art du toucher. Du vieux Saint-Ouen au quartier Debain-Michelet, la culture manga côtoie l’oeuvre de Basquiat et la création autochtone est à l’honneur. Une fresque de 40m de long réalisée par les habitants et le graffeur Shuck One, de même que des portraits et des photographies d’enfants de 4 à 5 ans, donnent à partir de leur vécu, une vision de la ville en couleurs.

Saint-Ouen traversée d’Arts offre un programme foisonnant, poétisant l’espace urbain et réunissant l’ensemble de sa communauté. Le panneau « Attention travaux – Cie Trafic de Styles », déjà exposé au coeur de l’évènement, s’affirme en dernière oeuvre, rappelant combien cette cohésion et cette effervescence artistique, propulsées en l’espace de cinq jours, ne font qu’annoncer la nécessité de luttes et de travaux incessants…

Crédits photos : (c) visuels officiels de Saint-Ouen traversée d’Arts

 

Michelle Williams, la belle Marylin, pense encore à la petite Jen..
Happening bleu de Sébastien Tellier à la galerie Perrotin
DIANE ZORZI DU MAGAZINE DES ENCHÈRES

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture