Musique
Rock en Seine jour 2 : un peu d’Oasis et les Black Keys

Rock en Seine jour 2 : un peu d’Oasis et les Black Keys

26 août 2012 | PAR Francois Colombi

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas à cette 10e édition du festival parisien. Lumière donc sur cette deuxième journée plus rock que la précédente.

Les australiens de The Temepr Trap ouvrent le bal avec leur pop/rock agréable et sans prétention. Leur tube entendu dans le film 500 jours ensemble est très vite repris par le public. On regrettera cependant une dégradation du son qui a fait fuir bon nombre de festivaliers.

Non content de s’être séparé sur cette même scène du Rock en Seine en 2009, Noel Gallagher, l’ex Oasis revient avec son groupe les High Flying Birds. Visage impassible et arborant son habituel cuir noir, il présente un rock un peu mou et répétitif. Ce n’est qu’une fois passées 50 minutes que Noel libère le public en entamant Whatever puis Don’t Look Back in Anger. L’attente a été longue mais elle en valait la peine !!! Il salue la foule et nous souhaite à tous de bien profiter des Black Keys. Merci Noel.

Mais l’événement de la soirée, c’est bien le duo originaire de l’Ohio The Black Keys. Apogée du festival, pas un centimètre de la pelouse face à la grande scène n’est vide. Pendant plus d’une heure, le guitariste et le batteur ont servi le meilleur de leur répertoire (Strange Times, Your Touch, Everlasting Light). Le son des musiciens est sobre et travaillé mis en valeur par un bassiste et un pianiste.  Pour clore le concert, l’habituelle boule à facettes fait son entrée et inonde la foule en délire. C’est donc sur Lonely Boy (reprise dans trop de publicité malheureusement) et sur I Got Mine (avec un solo impressionnant) que le concert se termine. C’est définitivement trop court, mais c’est la loi des festivals, on ne joue pas avec les horaires.

Au Rock en Seine heureusement on ne joue pas uniquement du rock. L’électro et la miniale ont maintenant elles aussi une place dans le festival. L’année dernière, c’est le Berlinois Paul Kalbrenner qui avait occupé cette case, et c’est cette année le Lyonnais Agoria qui s’en charge. Habitué des Nuits Sonores, le Dj à la scénographie et au Vjing très travaillé a su faire danser les festivaliers encore nombreux et pas rassasiés par les Black Keys.

Suite et fin du Rock en Seine demain avec Green Day et le magnifique duo Beach House.

Marjane Satrapi invite Catherine Deneuve au Bon Marché
Sister Act : coulisses du spectacle et interview d’Aurélie Konaté
Francois Colombi

One thought on “Rock en Seine jour 2 : un peu d’Oasis et les Black Keys”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *