Rap / Hip-Hop

Un Féfé toujours aussi Foufou à la Gaîté Lyrique

Un Féfé toujours aussi Foufou à la Gaîté Lyrique

04 avril 2013 | PAR Marie Boëda

fefe-le-charme-des-premiers-jours-singleFéfé était mercredi 3 avril à la Gaîté Lyrique pour un concert privé organisé par SoMusic. Quelques morceaux de son prochain album, prévu pour le 20 mai, nous ont été dévoilés…

Un concert privé à la Gaîté Lyrique ça se passe comment ? Après avoir fait la queue un peu plus longtemps que prévu dans le froid, la chaleur des trois salles de la Gaîté nous happe soudainement. Quelques verres offerts nous font patienter. Emilie Gassin fait une rapide apparition, spontanée, naturelle et joyeuse, elle illumine la scène. Une voix chaude et suave accompagne des airs pop, soul. Puis après moult installations, Féfé déboule sur scène. En voix off il présente ses musiciens et  arrive en sautillant comme toujours…

Féfé veut qu’on l’encourage et qu’on saute comme lui partout, les bras en l’air, les mélodies toujours à l’esprit et prêt à être repris à tue-tête par toute la salle. Il faut lui reconnaître qu’il se démène pour faire participer le public, pour qu’il ne reste pas passif. Mais ce n’était pas du goût de tous les spectateurs ! Peut-être que Féfé a un peu trop montré sa déception à ne pas tous nous voir nous déhancher et accompagner ses chansons avec des mouvements de bras et la note toujours à la bouche… Il commence avec quelques chansons connues, pour certaines, qu’on a presque trop entendues comme Vilain petit canard. Puis il enchaîne deux morceaux de son nouvel album Le charme des premiers jours. La première qu’il interprète lui permet de s’adresser à nous car ce titre, on peut le dire tout le temps, on aura toujours une occasion nous dit-il : Cause toujours, morceau entièrement rap. D’amour vache, il passe à amour tout court avec la chanson qui a donné son titre à l’album Le charme des premiers jours. Muni de sa guitare, il passe dans un tout autre genre, cette fois, entièrement chanté sur une douce mélodie. Il est à l’aise en rap comme en chant, c’est déstabilisant… Chaperonné de musiciens talentueux qui le suivent dans ses interpellations, il finit avec une touche ensoleillée : Dans ma rue et nous met un peu de baume au cœur par cette météo grisonnante.

Visuels (c) : affiche concert, album

INCH’ALLAH : Un récit humain et touchant sur le conflit Israélo-palestinien vu à travers les yeux d’une jeune québécoise
Festival de Swing à la Bellevilloise du 5 au 7 avril 2013
Marie Boëda

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *