Rap / Hip-Hop
Leila AD : « Je ne veux plus faire autre chose que de la musique » (Interview)

Leila AD : « Je ne veux plus faire autre chose que de la musique » (Interview)

16 décembre 2021 | PAR Kevin Sonsa-Kini

Toute la culture l’a interviewé en 2020 alors qu’elle était encore une influenceuse qui se lançait tout juste dans la chanson avec ses deux premiers singles Bombe et Petit menteur. Un an plus tard, c’est une chanteuse à part entière que TLC a rencontrée. 

Leila AD vient de sortir son premier EP ADN chez le label Anubis. Un projet de 8 titres dans lequel la chanteuse (qui aura 26 ans en janvier) se dévoile à travers son passé et les violences conjugales dont elle a été victime. 

La pochette de l’EP « ADN » de Leila AD disponible depuis le 19 novembre 2021.

Toute la culture : Qu’est-ce que cela vous fait de sortir un premier EP ? 

Leila AD : C’est trop bien parce que ça m’a permis de partager une palette musicale différente. Ça me permet aussi de donner le choix aux gens d’écouter les titres qu’ils préfèrent. 

Est-ce que c’est un EP où vous avez voulu ouvrir votre cœur ? 

Totalement ! C’est la raison du titre « ADN ». Il y a des titres qui parlent de moi, de mon passé, de ma famille, de plein de choses personnelles. Donc effectivement, j’ai totalement ouvert mon cœur dans cet EP. 

En écoutant les chansons, on a le sentiment que vous entretenez une relation assez mitigée avec les hommes… 

(rires) C’est totalement le cas ! J’ai eu une première relation très compliquée. J’en parle d’ailleurs dans le titre Laisse. J’ai subi des violences conjugales. Dans cet EP, on ne retrouvera pas des titres où je dis par exemple : « Je t’aime ». Je ne suis pas une grande sentimentale. Je considère qu’il y a plein de filles qui sont dans le même cas que moi. Je m’adresse surtout à des filles qui sont en dépression amoureuse. 

Vous avez effectivement subi, plus jeune, des violences conjugales. C’est la raison des titres Laisse, Ça va aller et Des hommes. Est-ce que beaucoup de femmes se sont reconnues à travers vos chansons ? 

Énormément ! C’est déjà le cas dans les vidéos que je faisais sur les réseaux sociaux. Je racontais mon histoire avec beaucoup de détails. Beaucoup de femmes ont l’impression d’avoir vécu la même histoire que moi. J’ai même organisé des lives sur les réseaux sociaux où j’invitais les femmes à témoigner, même à visages cachés. Les violences conjugales, c’est une cause que je défends beaucoup aujourd’hui. 

« Je pense que ma carrière de chanteuse est totalement lancée et je ne vais pas m’arrêter là. » (Leila AD) 

Quels ont été les retours sur cet EP, notamment de la part des gens qui vous suivaient déjà lorsque vous étiez influenceuse ? 

Beaucoup de bons retours ! J’ai quand même eu trois petits commentaires mauvais qui se sont perdus dans la foule. Mais j’ai eu beaucoup plus de bons retours de la part de mes abonnés ou des gens qui ne me connaissaient pas et m’ont découvert en tant qu’artiste. Ça donne du baume au cœur et ça donne même envie de faire encore plus de choses. 

Ça veut dire que votre carrière de chanteuse est officiellement lancée ?

Totalement ! Au début, j’étais encore un peu perdue. J’aimais la musique, mais j’avais des appréhensions. Mais aujourd’hui, je ne veux plus faire autre chose que de la musique. Je pense que ma carrière de chanteuse est totalement lancée et je ne vais pas m’arrêter là. 

Aujourd’hui, les gens vous préfèrent plus influenceuse ou chanteuse ? 

Ils me préféraient influenceuse jusqu’à ce que je sorte mon EP, notamment le titre À qui la faute. Ils se sont rendu compte que j’étais une artiste et que je savais faire des choses. Ils ont pris plaisir à m’écouter. La plupart des commentaires qui sortent, c’est par exemple : « J’étais mitigée et finalement, je suis agréablement surprise. » L’année dernière, à l’époque où j’avais sorti deux singles « Bombe » et « Petit menteur », ils avaient eu un peu de mal. Mais là, ils ont réussi à s’y faire. En faisant le titre À qui la faute, je me suis dit que si je savais faire ça, que je savais faire plein de choses. 

Cet EP a aussi été l’occasion d’arborer une nouvelle image ? 

C’est ça. Je me suis débarrassée de cette image que j’avais dans mes deux premiers singles qui ne me correspondait pas en fait. Je me suis rendu compte que ça ne servait rien de jouer la petite « bad bitch ». Il fallait juste que je sois moi en faisant des titres qui me ressemblent. C’est aussi la raison du titre de mon EP « ADN ». Être moi, tout simplement. 

Avez-vous des projets pour 2022 ? 

J’ai des featurings de prévus. Il n’est pas encore question d’un album. Mon EP, je le considère comme un album. Je vais essayer de travailler avec d’autres artistes. 

Visuels : © Anubis Label. 

Leila AD, ADN, (8 titres)=1. À qui la faute, 2. Ça va aller, 3. Des hommes, 4. Dis-moi, 5. Laisse, 6. Doucement, 7. Problèmes, 8. Rouler. 

« Anselm Kiefer pour Paul Celan » : cinquante ans d’obsession pour le poète au Grand Palais éphémère
Gagnez 2 x 2 places pour Les Chevaliers de la Table Ronde (Hervé)
Avatar photo
Kevin Sonsa-Kini

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration