Rap / Hip-Hop

Le dilemme de Lomepal entre amour et Rap

Le dilemme de Lomepal entre amour et Rap

15 février 2019 | PAR Quentin Lazeyras

Pour cette saint-valentin il est grandement temps d’adapter son répertoire musicale à  l’ère du temps. En cette année 2019, un artiste rap fait de plus en plus parler de lui. Même si l’amour n’est la première image qui vient en tête lorsqu’on parle de rap, Lomepal, Antoine Valentinelli de son vrai nom, prouve le contraire. Son album « Jeannine » sorti le 7 décembre 2018 est celui qui montre le plus sa personnalité et son développement artistique.

Avec son premier EP « 20 mesures » en 2011, Lomepal commence sa carrière musicale, ses premiers morceaux sont loin d’être des plus sensuels. Dans ces premières années, il ancre s’ancre sur la scène rap avec un égo démesuré et affirme sa personnalité. C’est en 2014 qu’il montre une part de ses sentiments dans le morceau « toi et moi » de son projet « Seigneur ».

Sur une instrumentale sombre et malsaine à la fois, il exprime de façon violente et politiquement incorrect l’amour qu’il porte. Malheureusement, à l’époque, ses « sentiments ne peuvent sortir que quand la violence parle ».

C’est le 30 juin 2016, à la sorti de son premier album, « FLIP » que l’amour prends de plus en plus de place dans ses musiques. Le morceau « Yeux disent », qui lui permet une forte ascension au grand public, dépeint sa tourmente entre une femme et sa musique sur une mélodie envoûtante. Dans ce même album, sur une instrumentale planante, il réalise une collaboration avec le rappeur belge Caballero: « Ça compte pas« , où ils narrent la soirée d’un couple, chacun racontant le point de vue de l’un est l’autre tout en évoquant les dérives de la fête et l’alcool. Lomepal rentre aussi dans des codes bien plus sensuels. Dans « Danse » il dit : « Laisse nos énergies faire, je veux plus parler. Je donnerais tout c’que j’ai sur moi juste pour te voir danser encore une fois »

Le 7 décembre 2018, sort l’album « Jeannine », un son album jusqu’à lors le plus personnel. Truffé de références et de sensibilité, cet album mêle ses dilemmes, ses questionnements et son rapport à l’amour. A travers le morceau « Dave Grohl », il montre sa quête de l’âme sœur. Âme sœur qu’il fini par trouver, mais qui a déjà succombé aux charmes d’un autres. Entre métaphores et plusieurs figures de styles, il exprime sa douleur et conclue son morceau par « Je l’ai jamais revue quand j’y pense mon cœur bat comme Dave Grohl » (le mythique batteur du célèbre groupe Nirvana). Toujours plus langoureux, il imagine un junkie qui meurt dans les bras de son amante, la remerciant de lui permettre de voir « le vrai moi ».
La musique « Trop beau », dont le clip est sorti ce 11 février 2019, est une ballade des plus intimistes à travers les sentiments de l’artiste. Lomepal y décrit la fin d’une relation amoureuse déchirante pour laquelle il semble ne pas pouvoir se détacher.

A travers des morceaux langoureux, hypnotiques envoûtants et sensibles plein d’émotions et d’une certaine tendresse, Lomepal évoque l’amour d’une façon atypique et étonnante parfaite pour une saint-valentin des plus sentimentale et cheezy.

Quentin LAZEYRAS

 

Samuel Barber, Benjamin Britten, Franz Schubert, Ludwig Van Beethoven : l’Orchestre de Paris à la Philharmonie.
Un couple bercé d’illusions peut-il affronter la vérité sans exploser ?
Quentin Lazeyras

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *