Musique

Primus à la Cigale le 22 juin… 16 ans après leur dernier concert parisien

08 février 2011 | PAR Francois-Xavier Delaby

Le trio déjanté de San Francisco Primus et son bassiste leader fou, Les Claypool sont de retour à Paris plus de quinze ans après leur dernière date dans la capitale. Jouissant d’un succès colossal aux Etats-Unis,  où il remplit des stades, Primus n’a jamais atteint une réputation égale en France, davantage confiné au statut de groupe culte connu surtout des curieux et initiés. Les billets pour la Cigale devraient s’écouler à vitesse grand V. A vos starting-blocks.

Responsable d’un bon nombre d’albums qu’il faut avoir écoutés dans sa vie impérativement sous peine d’être sévèrement insulté d’inculte, Primus est réputé avant tout pour la proéminence de Les Claypool, absolu virtuose de la basse (la sienne est d’ailleurs un objet unique, fabriquée pour lui seul par le luther Carl Thompson), mais aussi pour sa voix déroutante, nasillarde et absurde comme un cartoon Warner, ou encore pour ses textes déglingos. Claypool est tout bonnement un des artistes les plus atypiques de l’histoire du rock, dans la lignée de grands déjantés/surréalistes tels que Captain Beefheart, Frank Zappa ou The Residents.

Mais Les Claypool, qui fut jadis rejeté par Metallica lorsqu’il s’agit de remplacer feu Cliff Burton parce qu’il était trop bon (sic) est loin d’être mal entouré, a fortiori avec pour pair un Larry Lalonde qui fut jadis membre de Possessed, groupe pionnier du death metal américain, et lui-même doué de ses doigts.

Les parents du Sailing The Seas Of Cheese, de Pork Soda et du Tales From The Punchbowl seront de passage à Paris (seule date en France) à l’occasion de leur tournée européenne. Après le retour de Jay Lane, premier batteur du groupe qu’il cofonda avec Claypool en 1984 (et qui n’a enregistré avec Primus qu’un seul EP, en 2010), et l’EP en téléchargement gratuit, cette date rique bien d’être un des grands rendez-vous musicaux de l’année. Les préventes débuteront en fin de semaine et se termineront à coup sûr quelques minutes après avoir commencées.

En attendant, vous pouvez toujours télécharger leur dernier EP sur le site du groupe (disponible ici), constitué de quatre reprises d’anciens morceaux  « Pudding Time »  et « Harold of the Rocks »  (issus de Frizzle Fry, 1990), « American Life » (Sailing The Seas of Cheese, 1991) et enfin « Duchess and the Proverbial Mind Spread » (Brown Album, 1997).

Une bonne occasion pour ceux qui connaissent de se remettre dans le bain et, pour les autres, de découvrir un groupe fascinant, quoique pas forcément facile d’accès de prime abord.

Infos pratiques

Live report : Royal Republic à la Maroquinerie (5/02/11)
L’Egypte entre révolution et restauration
Francois-Xavier Delaby

3 thoughts on “Primus à la Cigale le 22 juin… 16 ans après leur dernier concert parisien”

Commentaire(s)

  • Bande blaireaux dla generation internet, j les ai vu en 95 en 97 et en 2011.
    Vous puez fakelook a plein nez.

    mars 18, 2011 at 8 h 44 min
  • Mais encore? Pourriez-vous être plus clair, ô courageux anonyme insultant?

    Que vous les ayez vus en 1997 n’invalide qu’un mot de l’article : « plus de quinze ans », qui pourrait être remplacé par « près ».

    Pour le reste, je ne vois pas en quoi cet article mérite une réaction aussi bêtement haineuse.

    mars 18, 2011 at 11 h 28 min
  • Tuz

    J’en revais ,ils vont l’faire!!! Juste untout petit bemol,ce ne sera pas Tim Alexander derriere la batteuse…Mais Jay Lane assure tout aussi bien !!!! Rendez-vous le 22 juin à la Cigale !!

    avril 17, 2011 at 16 h 12 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *