Pop / Rock

Theo Lawrence & The Hearts : une Nuit de Miel

Theo Lawrence & The Hearts : une Nuit de Miel

28 novembre 2018 | PAR Pierre Poughon

Dans un magnifique Trianon, on a retrouvé hier soir Theo Lawrence & The Hearts pour un concert « à la maison » (c’est lui qui le dit) pour un set magique, entrecoupé de surprises et de rares chansons. Un régal.

Parti pour durer, voici un groupe français prometteur comme on en rêve. Theo Lawrence, Franco-Canadien, accompagné de ses quatre Hearts, un guitariste, un batteur, un bassiste et un claviériste tous aussi talentueux les uns que les autres, a sorti en mars un premier opus formidable. Homemade Lemonade, aux influences définitivement américaines, allie blues, rock et soul. La voix du leader, profonde, enchante dès les premiers airs. L’album, un voyage dans tout ce qu’il se faisait de mieux dans l’Amérique des années 30 à 70 (à la louche), ne tombe jamais dans les faciles clichés qu’on pourrait avoir de ces époques là. Bien qu’extrêmement actuel, il nous plonge dans un voyage aux nombreuses facettes toutes aussi intéressantes les unes que les autres.

 

Cet album, reçu de la manière la plus enthousiaste qui soit par la critique, a permis aux cinq jeunes de tourner à travers la France et l’Europe. Mais, c’est bien au Trianon que le groupe se sent comme à la maison (une des salles préférée du chanteur).

Durant un set enchanteur, le groupe a entonné une à une la plupart de leurs chansons, certaines même nouvelles. On a eu l’opportunité de découvrir qu’en live, les cinq jeunes étaient des pros. Sans une seule fausse note (littérale ou non), ils ont assuré la performance. Leur bonheur, communicatif au possible, a permis de comprendre pourquoi ce groupe fait tant parler de lui depuis la sortie de leur premier EP, deux ans auparavant. La version live de leurs chansons délivre une nouvelle facette de leurs œuvres. On a l’impression de redécouvrir leur discographie tant l’énergie assumée rend la performance impressionnante. Avec l’aide sur scène du tout premier guitariste du groupe, première surprise du soir, pour certaines chansons, venu pour l’occasion apporter son expertise au lap steel, le set est complet. Une seconde surprise, bien plus inattendue, survient en milieu de concert, avec une demande en mariage orchestrée par le groupe, pour un couple présent dans la fosse. Les trois secondes avant le oui le plus timide du monde ont paru durer des heures tant toute la salle était suspendue aux lèvres de la future mariée.

On retiendra un autre moment, presque aussi religieux et tout aussi silencieux. En guise de Encore, on retrouve Theo Lawrence, seul sur scène avec sa folk. Durant deux chansons, un silence de cathédrale règne dans une Trianon pourtant archi comble. Chaque spectateur, de la fosse au balcon, regarde, écoute, profite du talent, de la voix du jeune homme. Pour terminer ce set magistral, les Hearts réapparaissent sur scène pour accompagner une dernière fois le chanteur pour une version améliorée de Heavenly Dog, du second EP. Une fin magistrale pour un concert incroyable. Un régal.

 

Jeux de société : sélection de fin d’année (1/2)
Tristesse et joie dans la vie des girafes, le parcours initiatique d’une enfant en deuil
Pierre Poughon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *