Pop / Rock
The Rocket Man, a tribute to Sir Elton John

The Rocket Man, a tribute to Sir Elton John

25 octobre 2021 | PAR Geraldine Elbaz

Le 21 octobre 2021, Richard Walter Productions rendait hommage à l’icône pop britannique Elton John, incarné par Jimmy Love, à la salle Pleyel. Un répertoire fantastique et une scénographie flamboyante. Un show haut en couleur.

Jimmy Love alias Elton John

Près de 2000 personnes sont venues à la salle Pleyel jeudi soir pour applaudir Jimmy Love, sosie d’Elton John, qui reprend ses tubes mondiaux dans un spectacle de plus de deux heures avec entracte. Chanteur depuis près de 20 ans, acteur depuis ses 16 ans, fan d’Elton depuis toujours, Jimmy Love a même appris le piano pour incarner au mieux son idole. Affublé de costumes colorés extravagants, voire même complètement loufoques, il imite à la perfection son icône pop. Même coupe de cheveux, mêmes dents du bonheur, mêmes tenues improbables, une énergie débordante et un grain de voix assez semblable : The Rocket man, ce sera donc lui le temps du concert. 

Plumes, paillettes, fourrure, chaussures oversize, couleurs acidulées, son look décalé nous propulse irrémédiablement dans l’univers de la légende aux multiples Grammy Awards. Ajoutez à cela un piano quart de queue blanc, un écran géant suspendu au-dessus d’une scène baignée de lumières, des faisceaux multicolores, une myriade d’étoiles lumineuses jusqu’au plafond, des fumigènes, des gerbes d’étincelles et pourquoi pas aussi… des serpentins : tous les ingrédients de la fête étaient là. 

Un tribute band inspiré

Jimmy s’approprie l’espace, nous raconte quelques anecdotes entre deux chansons, change souvent de costumes et semble porté par son tribute band, tout de noir vêtu et arborant de longues plumes noires en guise d’épaulettes. Guitares, claviers, percussions, voix : tous se donnent à fond pour rendre hommage à Sir Elton John, né Reginald Kenneth Dwight. 

A 74 ans, l’artiste international anobli en 1998 par la Reine Elisabeth II, n’en finit pas de faire parler de lui. Avec plus de 4000 concerts dans plus de 80 pays, plus de 400 millions d’albums vendus, le chanteur britannique est plus que jamais sous les feux de la rampe. Ce concert hommage nous rappelle aussi qu’avant de reprendre les concerts en 2022, le vrai Elton John vient de sortir un nouvel album intitulé The lockdown Sessions, où de très jolies collaborations sont mises à l’honneur : Miley Cirus, Lil Nas X, Stevie Wonder ou encore Dua Lipa, dont le titre Cold Hart caracole en tête des ventes. 

Un répertoire complet 

Revenons à la salle Pleyel… Si la première partie du show a démarré doucement avec un mix de quelques tubes et de chansons peut-être moins connues en France, c’est surtout après l’entracte que les plus gros hits se sont enchainés jusqu’à l’apothéose finale : le public a ainsi pu se délecter avec de très belles reprises de Your Song, Sacrifice, Rocket Man mais aussi I’m still standing ou Candle in the wind, titre créé en 1973 pour Marilyn Monroe et repris en 1997 en hommage à Lady Di. 

Pour chaque chanson, l’écran diffusait une vidéo dédiée et les lumières créaient une ambiance spécifique. Can you feel the love tonight, la chanson du roi lion, était manifestement très attendue et la scène baignée de rouge paraissait embrasée. Enfin, le petit clin d’œil à George Michael à la fin du concert a charmé le public qui était débout et chantait à l’unisson avec les artistes. 

A certains moments, on avait presque l’impression d’être dans le biopic de Dexter Fletcher sorti en 2019, Rocketman avec Taron Egerton dans le rôle titre. Cette soirée assez magique nous a fait revivre les plus grands moments de la carrière phénoménale du chanteur, dont l’époustouflante scénographie a ravi les spectateurs.

 

Visuel : (c) affiche

The Rocket Man

A tribute to Sir Elton John

Salle Pleyel, le 21 octobre 2021 et tournée dans toute la France

Cinemed 2021 : Antigone d’or au très réussi Hive
Récolter l’instant de nos évidences : exposition de Nawelle Aïnèche
Geraldine Elbaz
Passionnée de théâtre, de musique et de littérature, cinéphile aussi, Géraldine Elbaz est curieuse, enthousiaste et parfois… critique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture