Pop / Rock

The Cure de retour : les vrais albums seront sur scène

The Cure de retour : les vrais albums seront sur scène

04 février 2014 | PAR Geoffrey Nabavian

Oui ! un nouvel album de The Cure. Non ! il s’annonce mal (ça vous étonne ?). Pas vraiment un album en fait. Qu’importe : les anglais maquillés nous préparent également une tournée où trois albums seront joués en entier. Et des classiques. N’est-ce pas dans les vieux pots qu’on trouve les meilleurs médocs périmés ?

The Head on the doorUn album qui serait titré « 4:14 Scream »… Le précédent s’appelait 4:13 Dream. Il avait engendré des disputes entre Robert Smith, chanteur-guitariste de The Cure, et ses producteurs. D’album double, il était passé au format simple. Un « EP » avait suivi, et avec lui, des commentaires de l’artiste sur le site du groupe : « trop cher », « il manque une chanson », « on peut acheter les morceaux un par un pour moins cher que le disque »… et surtout, « pourquoi est-ce si incroyablement difficile de faire les choses bien ? » Il ne manquait qu’un son de guitare, et on tenait une chanson digne de l’esprit « Cure ».

Six ans plus tard, les choses s’arrangeraient-elles ? Allons, on est chez The Cure ! « 4:14 Scream » serait issu de la même session d’enregistrement que 4:13 Dream… Les morceaux dateraient donc de 2008…

No, no, no ! C’est sur scène qu’on les veut. Une tournée s’annonce pour 2014. Comme à leur habitude, nos amis joueraient trois albums entiers. The Top (1984), The Head on the door (1985), et Kiss me kiss me kiss me (1987), qui inclut les magnifiques « The kiss », « Why can’t I be you ? » et « Just like heaven». Que du très très bon. D’autant plus que le groupe compte toujours dans ses rangs ses membres phares : Simon Gallup à la basse, Jason Cooper à la batterie et Roger O’Donnell au clavier (plus le guitariste Reeves Gabrels, arrivé en 2012).

Oubliez donc les enregistrements : la vraie puissance rock est sur scène. Allez, courez vous perdre dans la forêt Cure !

Visuel: © pochette de l’album The Head on the door

[Live Report’]: Des canyons aux étoiles à la Folle Journée de Nantes
La recette de Claude : Chaud-froid de fruits rouges
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale. Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub. Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival. CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *