Pop / Rock

Snail Mail & Soccer Mommy : de l’Indie à La Maroquinerie

Snail Mail & Soccer Mommy : de l’Indie à La Maroquinerie

29 mai 2019 | PAR Pierre Poughon

Snail Mail et Soccer Mommy sont deux projets supportés chacun par une guitariste talentueuse. Elles nous ont fait part de leur potentiel hier, à La Maroquinerie.

 

Sophie Allison porte le projet Soccer Mommy seule depuis le fond de son cave depuis plusieurs années, jusqu’à ce qu’elle achète de quoi s’enregistrer. En résulte de l’Indie Rock impeccable. Du haut de ses 20 ans, et la sortie de son premier album, Clean, datant de l’année dernière, elle est une relève de l’indie rock, tout en gardant sa part d’original et d’incroyable. Cela s’est confirmé lors d’un set parfait à La Maroquinerie.

Dans une première partie (juste parce qu’elle est passée en première, en soit c’était deux concerts vraiment égaux niveau longueur) dantesque, elle réussi à convaincre les coeurs. Accompagnée de quatre autres musiciens, (un guitariste, un guitariste/clavier, un batteur et un bassiste) on perçoit très vite le talent du jeune groupe. Elle nous a même fait part de deux nouvelles chansons d’un prochain album, dont une en duo avec Snail Mail, et d’une cover du king Springsteen.
Le quintet, tous plus jeunes les uns que les autres, interprètent timidement, voire surjoue pour cacher cette dernière, le projet de la leadeuse, mais pourtant ils sont bourrés de talent et n’ont rien à envier au reste du monde. De même, durant ses chansons en solo, Sophie Allison a affirmé de sa sublime voix, tout le potentiel qu’elle a au plus profond d’elle. De l’Indie Rock parfait.

Le projet dont la guitariste Lindsey Jordan est seule véritable actrice est une magnificence d’Indie Rock. D’un premier ep sorti à à peine 16 ans jusqu’à son SEUL et unique opus, Lush, datant de l’année dernière, le chemin fut long, mais enfin les efforts paient. La voici maîtresse d’un projet qui grandit d’heure en heure, caractérisant tout son talent. L’album, indie au possible, alterne entre tout ce qui excelle dans cette mouvance. Du son pop, des parenthèse plus rock, tout ça soutenu par une impressionnante voix. Un album pépite, un des meilleurs de 2018.

Sur scène, accompagnée de 3 musiciens (batteur, bassiste et guitariste/clavier), Snail Mail claque tout. Son rock puissant éclate aux oreilles et n’arrête pas d’impressionner du début à la fin. Plus en confiance que leurs amis américains, le quatuor est plus carré, plus éclatant de facilité, malgré la difficulté de leurs chansons. D’une voix incroyable et d’une main impressionnante de dextérité, Lindsey Jordan s’est amusée durant tout le set à réciter son répertoire plus que fourni. Touchante au possible, sublimant des textes poignants, elle impressionne, tout comme le reste de ses compères sur scène. 

Du même que la précédente, Snail mail s’offre une fin de set solo, nous faisant le cadeau de sa voix, pure, rauque et envoûtante. Le rock se porte vraiment bien de l’autre côté de l’Atlantique.

Crédits photo : Snail Mail – Lush (album cover)

À Londres, une Tosca en équilibre instable, dominée par Vittorio Grigolo
L’artisanat d’art à Forcalquier, un rayonnement provençal
Pierre Poughon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *