Pop / Rock

Puts Marie : L’étoile Suisse

Puts Marie : L’étoile Suisse

03 mars 2019 | PAR Pierre Poughon

 

Vendredi Soir, Puts Marie a délivré à La Maroquinerie un set large et éclectique, à leur image.

Parler de Puts Marie, c’est définir l’indefinissable. Entre rock, jazz, hip-hop, pop, prog, et autres, les voici dans une mouvance si large, mais si radicale. Il faut aimer leur style absolument déjanté, parfois hors de contrôle. Avec Catching Bad Temper, sorti il y à quelques mois, les Biennois cristallisent à la perfection leur non-style. Le rap rock (Catalan Heat, The Waiter),
côtoie la pop (Indian Girl), le prog (Garibaldi) et les influences jazzy (Rhapsody). En soit, cet album est improbable, magnifié à son paroxysme, il mérite donc une attention toute particulière, comme le groupe en lui même.

Sur scène, le quintet s’illustre à son image. Le leader, dans un personnage flirtant avec le surjeu, délivre à la perfection, avec sa voix reconnaissable entre mille, des paroles tranchantes et merveilleuses. Le bassiste, dans un dédain total, déballe avec une tranquillité effrayante ses basslines. Le guitariste, quant à lui, dans son coin, sans bouger, gère à merveille et tient sans trop d’effort la palette de Puts Marie. Enfin, le batteur/chanteur, est absolument parfait. Ajoutons le pianiste, discret mais essentiel pour tenir la baraque, et voici les cinq lancé dans un live. Un set rempli, électrisant, encore une fois, à l’image du groupe. On en attendait pas mieux des Suisses ce vendredi soir.

Visages de Chana Orloff, par Rebecca Benhamou
Epouse moi de Christelle Harbonn à La Criée : Un éveil du printemps au 21 éme siécle
Pierre Poughon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *